Le One-Shot du printemps
Le sujet des deux mois sera "L'Abandon". À vos plumes !
Top Sites

Vous pouvez voter toutes les deux heures ! :)

D.Gray-Man: Lost Chapter gray man lost chapter
D.Gray-Man: Lost Chapter D.Gray-Man: Lost Chapter

Partagez | .

[Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:01

Plus de chants ancestraux, de bruitage de vie, ou de populations en ce cadre théâtral dont les contours se floutent, sous la lumière mourante du jour qui s'achève. Les lumières se reflètent dans la poussière qui brume l'atmosphère de l'Antique Cité. Teotihuacan et ses mystérieuses pyramides, à peine découvertes par la civilisation du vieux continent,ces briseurs d'histoire,dévorant jusqu'aux vieilles pierres que l'eau n'a pu noyer. 

Ce soir, les sacrifices humains reprennent vie, le sang coule de nouveau le long du grand escalier. Le corps est encore chaud, sur la pierre où tu l'as couché, transpercé en un sourire de cire, d'un trait..en plein coeur. Un traqueur.
Tes yeux impérieux parcourent l'Allée des morts, fixant la silhouette qui sort de l'ombre rampante de la nuit, selon la course agonisante du Soleil en ces terres mortes. Corbeaux d'une religion vagissante et babillante, nourrisson comparé aux dieux qui rugirent et rirent en ces lieux sacrés. Du haut de la Pyramide de la Lune, tu juges l'envoyé du Vatican de ton regard froid,le détaillant. Fondu en une masse de porteurs de manteaux noirs, il n'est pas différent de tout les autres fourvoyés, persuadé de défendre le bien et la vérité. 
Vaine idiotie, de qui sera le moin blasphémateur. Ce lieu montre des dieux violents.

Tu contourne le corps, les bras reposant le long de tes flancs, laissant le sang souligner tes doigts, puis les plis de ta jupes, tandis que tu descends lentement l'escalier que nombreux montèrent comme dernier acte de vie. Et tu souris, d'une joie amère, brûlante. Ce n'en fais toujours qu'un de plus dans le concert des gémissements.
avatar
we only only Wake up when we sleep
we only only Wake up when we sleep
Voir le profil de l'utilisateur
Age : vieux '^'
Nationalité : onsépa '^'
Taille : 148cm
Messages : 27
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:06

Une simple fane qui se détacha du feuillage particulièrement dense des arbres de la forêt, à cause d'une alizée un peu trop violente, sans doute, effleura ma joue dans sa chute, mettant fin à mon merveilleux voyage au pays de Morphée. Avec un gémissement agacé, j'ouvris péniblement un œil et entreprit d'observer les alentours en espérant retrouver un environnement familier.
Raté.
Je poussais un long soupir agacé et referma mon œil en laissant mon pauvre corps s'affaler sur le sol recouvert de verdure. Qu'est ce que je faisais dans une forêt, pour l'amour de Dieu ?
Ce dernier n'avait pas l'air de me porter dans son cœur ces derniers temps, peut être ferais je mieux de ne compter que sur moi, en commençant par me bouger pour me souvenir des récents événements ?
Tant bien que mal, je réussis à me relever en prenant appui sur mes bras, entreprit de mes mettre debout, puis de faire quelques pas, chancelant, avant de m'adosser à un arbre, les yeux dans le vague et les membres légèrement endoloris. Il fallait que je me dépêche de sortir d'ici, hors de question que je reste dans cet endroit après le douloureux cauchemar auquel je venais d'avoir droit.
Lentement, je relevais une main et la posa sur mon front en essayant de contrôler ma respiration devenue irrégulière. Toutes ces images qui s'entrechoquaient dans ma tête me donnaient envie de m'arracher les cheveux, d'hurler à la pleine lune comme le ferait un loup : Athalie morte sous mes yeux, Logan et Nightingale, de qui je n'avais aucune nouvelle, Séléna, la prison, tortures, douleur, souffrance, mal, peur, terreur.

Stop

Au bout de quelques minutes passées les yeux fermés à attendre que ma raison reprenne le contrôle de ma mémoire, je pus reprendre en toute quiétude mon cheminement à travers la forêt. Mon mécontentement était presque palpable, d'autant plus que je n'y voyais pratiquement rien. La lumière très ténue qu'offrait la lune et les étoiles était complètement masquée par le dôme opaque que créait les branches au dessus de ma tête. Mais près quelques heures de marches dans l'obscurité la plus totale, je cru tout de même percevoir une ombre juste devant moi qui disparu instantanément avant que je ne puisse m'approcher .

Un fantôme ? Peut être, il faut dire que l'ambiance s'y prêtait bien.

J'haussais les épaules. De toute façon un fantôme était forcement intangible, donc logiquement il ne pouvait pas me toucher, donc je n'en avais absolument rien à foutre si il y en avait dans ces bois ou pas. Fort de mon raisonnement, je continuais à marcher droit devant moi, pas le moins du monde impressionné.

Attendez … Cette forme … ne pouvait ce pas être le traqueur qui aurait du m'accompagner à travers mon périple ?

Je secouais la tête et accéléra le pas. Je m'en souvenais clairement maintenant : Le traqueur devait faire son travail de repérage, aussi avais je attendu sagement son retour, attentif à la présence du moindre élément suspect, du moindre son, du moindre bruit, du moindre mouvement dans les fougères.

Et je m'étais endormi.

Je poussais un grognement. La narcolepsie d'Akane devait avoir un mauvais impact sur ma personne, mieux valait il que je me rattrape, à présent. C'est pourquoi la première chose que je fis lorsque je débouchais dans une petite clairière fut de chercher l'homme du regard, dans les moindres recoins de ces vestiges préservés du temps par une épaisse couverture végétale.

Et dans le sillage de mon regard, parmi les restes de pierres, seuls témoins de cette civilisation à jamais disparue, le corps du trouveur illuminé d'un rayon de lune m’apparus comme une réminiscence des actes de sauvageries qui eurent lieu par le passé.

Je me rapprochais en observant les alentours, alerte. Un autre exorciste que moi aurait sans doute accordé une dernière prière au pauvre macchabée, mais à quoi bon ? Je n'étais pas prêtre, à peine croyant, simplement perdu. Qu'aurais je pu faire de plus ? Les morts ne souffrent pas, ne souffrent plus jamais. Les vivants sont à plaindre, pas ceux dont l'âme a à jamais été précipitée dans le néant.

Mes iris émeraudes croisaient deux yeux dorés qui me fixaient avec condescendance. Une adolescente descendait lentement les marches de la pyramide où trônait le corps du pauvre martyr, auguste, tandis que le fluide vitale du décédé s'écoulait derrière elle, en une fine bande ruisselante et écarlate.

Une adolescente disais je ? Une meurtrière. Je ne pus retenir un petit rire en me disant que c'était bien la seconde fois qu'une femme à l'allure d'enfant se révélait être une tueuse sans pitié. Et alors qu'elle continuait à s'avancer vers moi, comme si rien n'existait d'autre que ce corps gisant sur le sol qu'elle souhaitait garder derrière elle, je la saluais en inclinant légèrement la tête avant de lui lancer d'un petit sourire en coin, amusé par tant de coïncidences inopportunes.

« Eh bien, j'avais entendu parler de vous, Road Kamelott, mais je dois admettre que vous êtes encore moins impressionnante que l'on me l'avait compté. Que me vaut le plaisir de vous rencontrer dans un endroit aussi isolé du reste du monde ? »

_________________
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
MikaëlLooks like you're in trouble
Mikaël
Looks like you're in trouble
Voir le profil de l'utilisateur
Age : Entre vingt et trente ans
Nationalité : Americaine
Taille : 187
Messages : 163
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:09

Là est le face à face, bien que tu lèves ton visage juvénile vers la lune, souriant en repensant au faciès de grand enfant que tu sers par amour. Pour une fois que l'un d'eux se montre accueillant,tu ne sors pas les armes, te contentant de lever la tête vers cet homme en noir, que tu crois connaître de vue. Peut-être avec sa douce, cette enfant aux cheveux de flammes ?
La provocation souille ses lèvres, le rendant vulgaire, et ton visage se penche de coté, se faisant interrogateur à ses mots, lui offrant presque un sourire,du dédains de la sympathique perte de temps distraite. 

-" Je suis peut-être moin impressionnante, mais le fait-est que ma réputation me précède. Pas la tienne."

Tour de magie, et voilà que cette cités est tienne, te permettant d'en recréer les couleurs, les nuances..de la faire vivre d'ombres et de fantôme aux visages encore fondus dans les ombres. Tes pieds te guident, te mènent à lui tandis que de ta taille réduite, tu le domine de pouvoir, lui saisit le visage parmi tes doux doigts d'enfant pour percer ses globes, plongeant tes iris de chats en ces pupilles noires, et aussi dilatées que sous une drogue hallucinatoire. Sais-tu, humain, si tu rêves ou pas ? 

-"J'aime l'ambiance de ce lieux..mais peut-être..si tu es ici en Leur nom,ai-je autre chose à y découvrir, non ?" Tu ne le lâche pas, tout en te mettant à quitter le sol, naviguant dans la gravité de ton univers, miroir de la réalité qui l'englobe telle une matrice d'avortée, à mis chemin entre deux mondes. 

Visage inexpressif, tu relâches sa mâchoire, os si fragile dans lequel tu pourrais sculpter tes empruntes si l'envie t'y prenais, lui tournant le dos pour revenir près du cadavre, accroupissant ton corps comme un animal sauvage.
Et lentement, tu effleures le visage du cadavre, le sculptant délicatement, honteusement, des traits de celle que tu as vu luire dans ses yeux. Une belle alliance contre nature..tes pouces effleurent la joue d'un ton poudrée qui se durcit de sa rigidité de cadavre,caressent les lèvres blanches, entrouvertes sur un souffle vide et inexistant, la maquillant d'un rouge de mort. Tu lui offre la vision d'une obscène nudité pâle, dont les tâches d'émeraude témoignent des milliers de vie naissante en son seins. Et tu te couches face au ciel, serrant la main blanche de la morte en fermant les yeux, paisiblement.

-"Tu sais que c'est faux. Comme tu sais que ce ,n'est qu'une vision avec ce visage..mais qu'elle pourrait, avec tant d'autre faciès, devenir réalité..alors dis moi, si peu impressionnante que je sois..toi. Pourquoi es-tu là ?

Tes paupières mobiles soulignent la question, redécouvrant tes iris inhumaine, sans pour autant les poser sur le beau visage sculptural du guerrier, se contentant d'observer les rayons lunaires faire briller les flancs du Cerro Gordo.
avatar
we only only Wake up when we sleep
we only only Wake up when we sleep
Voir le profil de l'utilisateur
Age : vieux '^'
Nationalité : onsépa '^'
Taille : 148cm
Messages : 27
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:12

La main de la demoiselle ne m'offrait pas la même sensation que le toucher des autres femmes. Il était agréable, certes, empli de cette chaleur qui me donnait envie de lui rendre cette etreinte, cette tendresse dont j'avais tant besoin et que je ne parvenais pas à retrouver dans les bras d'autres femmes. Ce regard de fauve, à la fois innocent et calculateur, n'avait décidément rien de bien humain, et je doute qu'un autre que moi aurait pu soutenir ce regard aussi longtemps sans faiblir. Sa voix se fait murmure lorsqu'elle me répond enfin. Peut être l'ais je vexé ? J'en doute fort, il en faudrait bien plus pour se faire, le pouvoir des mots doit avoir autant d'effet sur elle que sur moi : très peu, sans quoi, peut être aurais je du me sentir froissé. Nullement, je me contentais de rire doucement à la fin de sa phrase, franchement amusé : Les Noés avaient décidément bien plus de conversation que les akumas.

« Les meilleurs éléments sont ceux qui font le moins parler d'eux, ainsi, si tu ne connais pas mon nom, je ne vois pas de raison de te le donner. »


Et alors que je finissais ma phrase, l'air semblait se figer, le monde semblait capturé dans un carcan tandis qu'enfin je remarquais qu'autour de moi, les ombres s'animaient, vivaient de nouveau ces scènes d'un temps passé. Une illusion ? Bien trop réelle pour n'être que ça. Je ne peux que me détourner de cet étrange spectacle et focaliser mon attention sur la fillette à la peau grise.
Je désignais le cadavre du pouce, un sourire toujours sur les lèvres. Si nous étions dans un rêve, pourquoi devrais je me montrer sérieux, moi qui ais tant de mal à l'être dans la réalité ?

« Cet homme emportera ce secret dans sa tombe, me voilà aussi peu avancé que toi. »

Et quand le visage du traqueur semble se décomposer, que ses traits semblent se brouiller pour prendre ceux de la princesse aux cheveux roux, je ne peux que plisser mes yeux aux iris assombris, presque noirs en observant le corps sans vie vers lequel je meurs d'envie de me precipiter.

Un mensonge. C'est ce que c'est, rien de plus, rien de moins. Il n'y aucun crédit à accorder à ce tissus d’inepties … Et pourtant qui me dit que cette femme dénuée de pitié n'irait pas de ce pas en finir avec ses jours ? Je ne peux pas laisser …
Mes yeux se rouvrent sous cause de mon dilemme intérieur. Malgré l'évidence, je ne peux contrôler mon cœur, ce doux poison qui coule dans mes veines, qui me pousse à vouloir détruire celle qui me forçais à voir ça. Des images flottent un court instant dans mon esprit. Une lumière bleue, une couleur écarlate, un corps gisant, un rire dément retentit. Le mien.

Qu'est ce qui t'en empêche, Scott ? Tues la.

Un cauchemar, je vivais un cauchemar. Et si je continuais à croire cette voix doucereuse, ces illusions morbides, j'y laisserais ma raison. Mes poings serrés et ma frénésie meurtrière semblaient pourtant si réels, mon point d'ancrage pour garder les pieds sur terre. Je tournais lentement la tête vers la dame des rêves, un petit sourire aux lèvres, mon calme apparent simplement détrompé par mes yeux noirs luisants, emplis d'autant de folie et d'émotions contradictoires que le Styx l'était d'âmes en peine.

« Ce que je fais ici ? Mon « travail », je détruis tes jouets, je découvre le monde, et si tu n'avais pas tué ce trouveur, j'aurais sûrement mis la main sur une autre innocence. »

Je m'assis sur le sol en regardant l'histoire se rejouer devant mes yeux à l'aide du pouvoir de Road. J'étais totalement impuissant dans cet endroit, pour l'instant, et elle ne semblait pas ressentir l'envie de me tuer. Pour moi, ce n'était qu'un mauvais rêve de plus, de ceux qui hantent mes nuits sans me laisser profiter d'un repos durement mérité. Avais je eu un seul rêve agréable, tout au long de ma vie ? La réponse ne pouvait qu'être négative.

« Tes pouvoirs sont intéressants, presque autant que l'étendue de ton réseau d'information. Bien, maintenant que nous voilà tous les deux dans une impasse, une question se pose. »

Je poussais un long soupir et me releva, faisant face à la jeune fille à l'aspect si humain que s'en était déroutant. Mon sourire s’agrandit légèrement tant je trouvais que la situation devenait bien plus amusante que d'habitude : Je ne regretterais pas cette mission.

« Que faisons nous ? »

_________________
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
MikaëlLooks like you're in trouble
Mikaël
Looks like you're in trouble
Voir le profil de l'utilisateur
Age : Entre vingt et trente ans
Nationalité : Americaine
Taille : 187
Messages : 163
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:15

La douleur des sentiment, tu la connais n'est ce pas, Road ?...cet amère goût qui vient tapisser les parois de ta gorge, étreignant ton coeur et emplissant ta poitrine d'un hurlement de violence. L'envie de détruire, briser tes larmes en gestes saccadés et hérétiques..quelle douce déliquescence que la tristesse...Pas de sourire n'éclaire davantage ton visage que la lune, tandis que tu vois ses yeux chercher à dissimuler tout ce ressentis.
Comme toujours, tu atteints le centre de la cible avec une facilité déconcertante. Le chantage affectif..est-ce de frôler le feu, de se brûler la main jusqu'aux os, qui permet d'en cracher les cendres aux entrailles du monde ?

Il souffre, et cherche à ne pas se perdre..mais tandis que les fleurs purulentes éclosent puis dégoulinent le long des flancs d’albâtre de ta belle morte d'illusion, leur parfum écœurant de chaire putréfiée et de jeunesse gâchée vient étreindre celui du sang fraîchement coulé. C'est un calme plus illusoire encore que ton monde qu'il se pose en masque sur le faciès. Des os mal assortis qui ne se collent pas entre eux et laissent bien trop de jeux.

Couchée dans cette flaque de putréfaction, tu prends les couleurs humaines par dépit, les laissant te baigner comme une rivière cruelle. Lui s'assied, l'exorciste baisse la tête, malgrès son sourire, et ses défenses, si vite levées, semblent céder sous l'amour. Sans ta haine, ton coeur de ténèbres ne serait-il pas serré ? Pour une autre innocence, pour le Comte, tout semble valoir le coup..sous certaines conditions.

A ton tour, tu te redresse, mais reste assise tandis qu'il te domine. Que faire ? Tu souris, désireuse de vaincre, gagner enfin cette guerre, qui comme à eux..te fais souffrir. 
Une tasse apparat dans ta main, et tu la plonge dans les entrailles gelée de cette si belle princesse ,belle au bois dormant qui ne connaîtra plus que l'éternité. Ce n'est qu'un décor, mais si réel..et tes mains gantées de rouge, saisissent celle de l'exorciste, lui offrant ainsi cette pause de chaleur, volée au corps de celle qu'il eût aimé.

-"Pourquoi ne discuterions-nous pas autour d'une tasse ?"

Ton humour noir cache ton passé, tout comme la tasse que tu portes à tes lèvres vient masquer la moitié de ton visage, tes yeux ne perdant pas une miette des expressions, gestuels de ton vis à vis. Plus jamais de perdants dans ton propre camps. Que sa raison soit brisée s'il le faut. Comme répondant à l'image bucolique que tu apprécies, la pluie viens se précipiter dans vos bras, mais plus l'eau tombe, plus elle rougie, faisant résonner les gémissements du sang,adoucissant ce thé morbide offert à ses tourments. Le sacrifice de la Congrégation est à sa place, tandis que fond le couteau d'obsidienne en son coeur.
avatar
we only only Wake up when we sleep
we only only Wake up when we sleep
Voir le profil de l'utilisateur
Age : vieux '^'
Nationalité : onsépa '^'
Taille : 148cm
Messages : 27
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:20

Du rouge, une pluie écarlate qui irrigue le monde, qui irrigue ton monde, Scott, car après tout, tu n’est plus capable de t'exprimer suffisamment pour continuer ce récit. Car lorsque ces larmes de sang tombent sur ton visage hâlé comme autant de perles rubis qui te rappellent les yeux de ton éternelle amante, tu ne peux que rire. Rire à t'en déchirer la voix à n'en plus jamais pouvoir parler. Rire au lieu d'hurler, au lieu de crier de toutes tes forces, mais après tout, le résultat est le même.

Tu regardes ce fluide qui décore à présent tes mains. Tes yeux se troublent un court instant alors que tu replonges dans tes souvenirs. Plus les images défilent sous tes yeux, plus ta raison s'effrite, monceau par monceau, lambeau par lambeau. Tu revois le corps ensanglanté de Séléna qui git sur le sol, celui d'Athalie, partie pour toujours, mais tu vois aussi les trépas à venir : Tes amis, tes collègues, tes frères, tous vont mourir un jour ou l'autre, n'est ce pas ?

Il coule sur tes joues, sur tes lèvres et presque inconsciemment tu passes ta langue dessus, goûte ce liquide au goût cuivré. Tes pupilles doublent de volume un court instant alors que tu te demandes si celui de Road a le même goût. Avez vous le même cœur qui bat dans votre poitrine ? Est ce lui qui fait vivre vos deux corps ? Est elle aussi humaine que toi, ou bien au contraire, l'est elle plus que tu ne l'es dorénavant ? Tu ne sais pas, tu ne sais plus, réfléchir est une douleur tellement intense que tu en meurs d'envie d'arracher ces lobes frontaux trop encombrants, ce fardeau trop lourd à porter.

De quelle utilité te sont ils, maintenant que tu ne sais plus discerner rêve et réalité, maintenant que ton cauchemar n'est plus de fiction. Tu souffres n'est ce pas ? Tu veux en finir, tu désires la mort alors que ton souffle s’accélère, que ta respiration se saccade, que tu arraches tes cheveux, comme pour sortir de ce rêve qui t'attires inexorablement vers la folie.

D'où viennent tes rêves, Scott ?

J'aimerais comprendre, j'aimerais savoir pourquoi tu te réveillais chaque matin en sueur, recherchant une présence à côté de toi, un peu de tendresse pour oublier, pour sortir des âfres de la souffrance psychique. J'aimerais savoir pourquoi tu t’abîmais ainsi, pourquoi tu décidais de continuer à avoir mal. Fumer, boire, baiser ... Ton quotidien, ta doctrine, beaucoup pensaient que tu n'étais qu'un déviant, un monstre, à peine un être humain. Combien auraient pu dire à quel point ta douleur était intense, combien de fois chaque nuit, en regardant le ciel, tu appelais doucement à ce que quelqu'un vienne mettre fin à tes jours. Ceux qui te connaissaient réellement se comptaient sur le bout des doigts, et combien d'entre eux étaient vraiment décidés à t'aider ? N'étaient ils pas égoïstes à toujours compter sur toi, sans jamais rien te donner en retour ?

De ta vie tu n'as jamais eu ce que tu désirais réellement : Être aimé. Non pas que « l'amour » soit absent, tu n'étais plus vierge depuis un bon nombre d’années déjà, mais tu n'avais jamais fait l’amour avec quelqu’un. Tout ce que tu avais fait, c’était baiser. Baiser, jusqu’à en perdre haleine, jusqu’à ne plus rien ressentir. Te détacher des règles de cette société, T'opposer aux mœurs qui faisaient vivre des cœurs. Baiser quelqu’un pour baiser les sentiments, sans lendemain et sans raison. Tu avais donné mon corps sans t'en cacher, parce que dans le fond, cela ne représentait pas grand-chose pour toi. Baiser les sentiments, les histoires sans lendemain. Baiser, jusqu’à ne plus savoir aimer. Pour tout te dire, tu n'as jamais été un expert des sentiments. Baiser pour échapper à une réalité dérisoire que tu jugeais beaucoup trop banale. Des relations construites sur des promesses, qui ne sont, dans le fond, que des mots que l’on se balançait à la gueule, et que l’on ne tiendra sans doute jamais. Des espoirs qui résonnaient dans les têtes et qui entravaient les âmes. De nos jours, on baisait sans sentiments, parce qu’aujourd’hui, s’aimer n’est plus très important. Changer de chambre et changer de lit, toucher un autre corps, ne t’abandonner qu’une nuit. Boire et te battre pour oublier ces états de fait. Ton cœur était peut-être mal fait, peut-être trop noir, et sans aucun espoir. Peut être ne méritais tu pas le pardon, tout simplement.

Et lorsque tu tombes à genoux sur le sol, que tes larmes perlent comme autant d’étoiles étincelantes, alors enfin je sens que ton heure est venue, que la folie a eu raison de ta force d'esprit, et que malgré tout ce que tu as dit, tout ce que tu as pensé, tu n'as jamais été immortel, tu avais beau être fort, tu n'as jamais été qu'un pitoyable insecte en comparaison de la folie qui séjournait dans les recoins sombres de ton âme.

Maintenant, tes iris prennent doucement une couleur azurée alors que je parvins après tant d'attente à prendre le contrôle de ton être.

Tu clignes des yeux une dernière fois, une dernière larme coule, emplie de regret, puis tu chois en arrière.

Et lorsque tu fermes les yeux, tu te sens attiré vers le ciel, comme si tu pouvais enfin laisser ton fardeau derrière toi

Tu peux voler maintenant, Scott.

Libre, tu es enfin libre.

_________________
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
MikaëlLooks like you're in trouble
Mikaël
Looks like you're in trouble
Voir le profil de l'utilisateur
Age : Entre vingt et trente ans
Nationalité : Americaine
Taille : 187
Messages : 163
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:22

C'est le silence qui vient rompre votre discussion. Seul le tambourinement de la pluie qui couvre ton visage inexpressif de taches rouges alourdit la scène. Son rire semble s'être tu avec les battements de son coeur effréné, trop secoué par tes visions et tes jeux d'enfant trop lucide.
Tous ne réalisent qu'à la dernière minute dans quelle horreur ils se sont jeté. Jusqu'au cou. A cause d'elle. 

Tu frissonnes et te relève, pour retrouver ta basse position une fois près de ce grand corps si bien battit, mis à terre par de simples ressentis. Tu le sais si bien, comme la force du coeur bat toute raison, tout muscles..davantage encore s'il est mu par le traumatisme. Ta main froide vient de nouveau caresser sa mâchoire, délicatement, alors que tu le scrute de tes pupilles, telle un juge impartial. Et le dos de tes doigts joue sur les pommettes de cet être pour rythmer ta voix si douce et si cruelle.

-" Vois-tu ce qu'elle vous force à endurer ?..Vous entraînez tout ceux que vous aimez dans cette chasse stupide..et tous périssent. Tu n'es encore qu'un enfant, et tu ne crois probablement pas à leurs histoires..tu ne devrais pas mourir ici, pour un dieu qui n'a pas le visage que l'on vous montre."

La pluie redevient larme, translucide, et l'illusion se dissous, les ombres périssent de nouveau, et la nuit reprend son trône. Tout ne s'est pas réellement passé..dans cet interstice d'entre-monde, tu a laissé poursuivre les aiguilles de l'exorciste. Quelle caprice d'enfant est-ce là..tu en sera rabroué, mais..les épines du passé..Néah..tout ces reflets brouillés sont fichés bien trop profondément dans les entrailles de ton chétif sépulcre de chair. 

Tu relèves les yeux vers le ciel, comme une muette prière à un père absent. Tu l'aime, mais il est si fragile. Naviguant sur un fil, il est un funambule dont tu tiens les pieds, t'oubliant, te sacrifiant. Et ton visage délicat suis la gravité pour venir coller une oreille sur le poitrail de cet ennemis anonyme, représentant d'une idée puant la poussière et les non-dits. Il vit.
avatar
we only only Wake up when we sleep
we only only Wake up when we sleep
Voir le profil de l'utilisateur
Age : vieux '^'
Nationalité : onsépa '^'
Taille : 148cm
Messages : 27
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:24

Pourquoi luttes tu Scott ? Tu as enfin trouver ce que tu désirais tant, ta liberté t'es acquise, et pourtant tu résistes, tu t'obstines …

Toi qui as tellement souffert, toi qui mérite pourtant un long repos, tu ne dois pas te battre pour cette guerre qui ne te concerne pas. Pars et laisse moi assumer mon rôle. Je suis l'arme, impartiale, je tranche et j’exécute les ordres, je ne m’embarrasse pas de conscience … je suis le loup solitaire que tu devras être pour vivre pleinement, Scott.

Tu me fais tellement pitié, ton esprit brisé pour si peu. A qui pensais tu donc lorsque ton corps fut recouvert de cette averse écarlate ? Qui regrettes tu le plus d'avoir perdu ? Qui as tu le plus peur de perdre ? Je ne connaîtrais jamais la réponse à cette question, car déjà tes yeux reprennent leur teinte émeraude, tu me refuses ce qui me reviens de droit, tu te décides à reprendre le contrôle.

Ce n'est qu'une question de temps Scott, un simple répit … bientôt, ce corps sera à moi.



Mes yeux étaient mi clos, embués sans que je n'en devine la raison. Où étais je ? De nouveau allongé sur le sol ? Pourtant je ne voulais pas partir, je me sentais bien ici … tellement bien.

Non.

Mes yeux s'ouvrirent brusquement lorsque je pris enfin conscience de l'horreur. Pourquoi m'étais je battu ? J'aurais pu simplement tendre la main qu'on m'offrait, laisser mon fardeau, mes souffrances derrière moi. Après tout, qui me regretterais ? Je n'étais rien de plus qu'un objet pour la Congrégation, les personnes qui tenaient réellement à moi, qui comprendraient ma douleur, qui l'accepteraient, étaient rares, ceux qui accepteraient de m'aider étaient précieux, et ceux dont j'accepterais l'aide étaient inexistants.

Je sentis enfin une agréable sensation sur ma joue, une voix douce qui murmurait des mots que mon esprit avait du mal à assimiler, mais que je ne pouvais que comprendre et accepter.

Mon esprit … je poussais un grognement et posa l'une de mes mains sur mon front tant la douleur était intense. Ces souvenirs étaient affreux, hideux, je n'en voulais plus. Que n'aurais je pas donné pour les voir s'effacer de mon esprit, pour qu'enfin je puisse connaître une nuit sans cauchemars ?

« Pourquoi … je suis … encore là ? »


Ma voix était faible, ténue. Dans mon état habituel, je me serais dégoutté, j'aurais été écœuré par tant de faiblesse. Mais je ne pouvais rien faire, si ce n'était distinguer le visage qui faisait face au mien, comme si il flottait dans l'air pour occulter de ma vue la vision d'une lune que je me refusais à voir. Elle … m'avait sauvé ? Pourquoi aurait elle fait ça ? Nous étions ennemis après tout … non ?
Ma voix retentit en un petit rire, malgré mon timbre nullement amusé. Je me moquais de moi, de ce gouffre qu'était devenu mon âme et dans lequel j'avais plongé … et c'était elle qui m'en avait tiré.

« Tu … aurais du m'achever. »

Un nouveau murmure, mon rire se tait aussi brusquement qu'il était venu, je ne pensais pas un mot de ce que je disais. J'essayais de me persuader que je devais rester en vie … mais je n'avais même plus de raison de me lever et de marcher, moi qui ne croyais même pas en ce en quoi je me battais. Tout me paraissait si vide et dénué de sens ...

« Je n'ai … aucune envie … de continuer à vivre comme un chien. »

Ma vois était plus assurée, ça sonnait comme une évidence pour moi. La mort n'est pas préférable à la vie, mais je n'avais plus l'impression de vivre. Que faire alors ?
Je me retournais vers elle et la fixa quelques instants, avant qu'un petit sourire ne naisse sur mes lèvres, comme si j'avais oublié que c'était par sa faute si toutes ces interrogations rongeaient à présent mon âme. Ce n'était pas le cas.

« Merci. Tu n'es pas mon ennemie. »

Mais je lui pardonnais, après tout, je n'avais plus de réelle raison de lui en vouloir … tout ne me semblait qu'être un cauchemar à présent. Un simple cauchemar … comme tant d'autres auparavant.

_________________
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
MikaëlLooks like you're in trouble
Mikaël
Looks like you're in trouble
Voir le profil de l'utilisateur
Age : Entre vingt et trente ans
Nationalité : Americaine
Taille : 187
Messages : 163
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:26

Lorsqu'il ouvre les yeux, tu ôtes tes doigts humides, laissant les fenêtres de son âme sans rideaux. Il remue, montre les premiers gestes de tout souffrants. Wrath avait eu les même..lui aussi, tombé pour votre cause..Tu écoutes ses doutes..ses incompréhensions..sans donner plus de réponse que de nouvelles caresses rassurantes dans les cheveux trempés de ce pauvre pion. Par son pouvoir, son coeur..cette congrégation stupide qui dite des règles sans sens..

C'est un rictus qui vient orner tes lèvres soyeuses quand enfin, ses derniers mots meurent dans l'air. Quelle droiture d'âme pour un être aussi infect.

-"Tu es vu comme un monstre par ceux que tu veux protéger. Comme un pion remplaçable par tes autorités. Et c'est moi que tu voyais comme ton ennemie ? Crois-tu qu'ils se préoccupent des peines qu'ils font subir ? Pas plus que nous, même si nous en méprisons la plupart." Ta main retourne sur son visage...laisses-tu ton âme humaine, par trop présente comme chez ton frère, couvrir la part de mépris de l'humanité qui vernis ton coeur ? Visiblement..Road Kamelott, tu sembles bien tourmentée...mais tu te fais presque maternelle, emplis d'une compassion qui te pousserait les larmes aux yeux si tu avais su la projeter chez Adam.

Plusieurs décennies après, tu portes toujours ce poids sur les épaules, équilibrant sa folie, diluant la tienne en une haine insipide et brûlante, destructrice. Mais pas ce soir..
Ta menace de mort était à double tranchant, quand tu revois tes propres cadavres, remuer leurs embryons en ton ventre, cette matrice qui ne sera jamais capable d'apporter la vie. Qui. Aimes. Tu ?

Pas envie de vivre comme un chien. Pas envie de voir sa famille mourir..pas ennemis..Tes yeux restent perdus dans les siens,bouleversé d'une reconnaissance, d'un état de fait brisant le coeur,d'une réalité sans vainqueur, ou tout le monde ne fera que perdre, s’entre déchirer et se détruire mutuellement. Tes bras entourent le manteau noir trempé, et tu te blottis, les yeux perdus dans un brume grisâtre de pluie qui nettoie l'escalier.
On pourrait presque croire qu'en cet instant, le temps se suspend et disparais ,reniant ces dieux et leur fous. Mais l'un comme l'autre, vous le savez bien, n'est ce pas ? Pas ennemis. Mais probablement jamais amis. Nul ne saurait effacer ta haine et ton mépris, pour une foule qui vient brûler ses sauveurs.

-" Je sais. La douleur. " Pas un mot de plus ne peut désormais traverser ton cou de cygne, serré d'un étau qui d'année en année s'est gravé dans ta chaire. Pas d'échappatoire pour les élus, et ceux qui hurlent de terreur en voyant ces âmes damné d'akuma, sont sûrement les plus heureux que la terre portera. 

Les innocents seront bénis. Quelle cruelle destin que d'être par trop réveillé pour ne plus pouvoir rêver..Lèvres gonflées et yeux clos, tu profites de cette pluie intemporelle pour baisser tes barrières et te montrer, une première fois depuis des siècles, humaine.
avatar
we only only Wake up when we sleep
we only only Wake up when we sleep
Voir le profil de l'utilisateur
Age : vieux '^'
Nationalité : onsépa '^'
Taille : 148cm
Messages : 27
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:33

Je ne pouvais que me laisser aller lorsque je sentis la main de Road caresser doucement mes cheveux. Les yeux mi clos, je ne pouvais penser à grand chose d'autre qu'à ce contact que je n'aurais jamais cru si agréable. Aucun colère, aucune haine, juste de l'acceptation, une sorte de compréhension mutuelle. Deviendrais je un monstre aux yeux du reste du monde si j'admettais avoir trouver du réconfort dans les bras d'une noé ? Me haïraient ils, plus qu'ils ne le faisaient déjà maintenant ? Cette pensée m'arracha un petit sourire, j'étais un déviant après tout, un exorciste qui ne croit aucunement en une cause qui ne fait que promouvoir une Eglise que je me refusais à soutenir, un héros, un sauveur, amant d'une meurtrière dénuée du moindre scrupule, un criminel condamné qui pensait pouvoir rendre un peu de justice à ce monde perdu. Mes yeux s'ouvrirent complètement lorsqu'elle se penche au dessus de moi sans arrêter d'effleurer mon visage. Ses pupilles étaient perclus de la même sorte de reconnaissance que ceux d'Athalie. « Nous ne sommes pas ennemis ». Des mots si faciles à prononcer … et j’espérais qu'elle en pensait la même chose de son côté.

Après tout, si elle désirait ma mort, j'aurais été bien incapable de me défendre, quand bien même j'en aurais eu envie.

Elle se pencha légèrement et se blotti contre moi, presque instinctivement je passais ma main derrière son dos et l'attira en une douce étreinte. Elle souffrait elle aussi, atrocement. Plus que moi ? Peut être, sans doute. Je ne pouvais le savoir, ni même le deviner … Mais le demander, oui. Après tout, quoi de plus normal pour moi que de vouloir aider.

« Pourquoi souffres tu ? »

Sans même attendre de réponse, je la berce doucement dans mes bras, un peu comme je le ferais pour une enfant, si j'avais eu la possibilité d'en avoir un. Mais non, un cœur comme le mien ne pourra jamais aimer un fils ou une fille comme il le devrait … peut être n'y avait il réellement aucun espoir pour moi ? Personne ne viendra me sauver, personne ne sait réparer un esprit brisé et un cœur fatigué par tant de trahisons. Presque instantanément, un visage aux yeux rouges et aux cheveux blancs s'impose à mon esprit. Une vision du futur, ce corps sans vie gisant sur le sol … pouvait elle passer de vie à trépas dans les semaines à venir ? Je ne pouvais me permettre d'y penser, je ne supporterais pas une mort de plus … et surtout pas la sienne.

Mes lèvres se plissaient d'un petit sourire, n'est ce pas un lien contre nature que celui d'une alliée du comte et d'un envoyé de Dieu ? Mais qu'importe, je n'en ai jamais eu cure, elle non plus … je suis, nous sommes des « êtres humains » avant tout.

« Est ce que c'était vraiment le futur ? »

Je ne me rendis pas immédiatement compte d'avoir posé la question à haute voix. Et presque à l'instant même ou la dernière syllabe parvint à mes oreilles, je secouais la tête en serrant la jeune fille un peu plus contre mon torse. J'avais besoin d'être rassuré, pas achevé, et de toute façon elle ne devait pas penser que notre lien était trop intime … qui sait de quelle manière elle réagirait ?

« Non, laisse, c'est … tu ne trouves pas ça étrange, toi ? »


De quoi voulais je parler ? Notre proximité ? La guerre ? Le monde ? Tout ça à la fois ? Je n'en savais rien, je ne savais plus … je ne voulais pas savoir. Mes yeux se fermèrent doucement alors que je continuais à bercer tendrement l'enfant à la peau argentée et aux yeux d'or, comme si ces simples gestes dont nous avions tous deux besoin étaient une réponse à mes propres interrogations.

_________________
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
MikaëlLooks like you're in trouble
Mikaël
Looks like you're in trouble
Voir le profil de l'utilisateur
Age : Entre vingt et trente ans
Nationalité : Americaine
Taille : 187
Messages : 163
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:36

Pourquoi souffres-tu ?
C'est vrai ça..pourquoi ? Décrite comme une meurtrière cruelle, sans scrupule envers la race humaine. Envers ces cadavres mécaniques..ne devrais-tu pas être heureuse dans ce monde de destruction ? Tu fais une différence..ou plutôt, tu fis..car avec le temps, la frontière entre les humains et les tiens s'est peu à peu brouillé..
Le corps contre lequel tu te réchauffe, fondue par la pluie et le froid, est celui de l'un d'eux. Cette belle aussi. Lui aussi. Et tu revois leurs visages, celui de ton Comte, ses larmes d'effrois, la haine dans le regard que tu soutenais, étreignant sa proie de tes maigres bras, alors que tu n'étais qu'une jeune survivante. 

Pourquoi cette souffrance, quand on recherche un Coeur que l'on ne possède pas. La pluie devient salée quand elle se meurt sur tes lèvres. 
Y a t-il vraiment un dieu qui pleure ? 

Il a peur, cette tendre mélancolie amère qui ressuscite ce qui nourrit les noires alvéoles de l’inquiétude, qui pourtant font battre le coeur plus vite, plus vif, pour lui permettre de briller, crever le danger..Le futur..tu ne peux le voir, seulement l'imaginer..
et tu sais au fond de toi, que des cadavres fleuris, il y en auras bien plus encore.

-"...Je ne l'espère pas. Je ne veux pas que qui ce soit..."

tu te laisse bercer, réchauffant ta silhouette d'innocence dans l'étreinte renforcée du jeune homme,plantant tes doigts trop fins dans l'épaisse laine noire qui le couvre,observant par dessus son épaule, le sang du traqueur disparaître, emporté par les sillons de la pluie..dilué par elle..
Si seulement il était aussi facile de rincer ce monde de la souffrance et la décadence qui s'y est répandu. Comme il y a 5 000 ans. Mais ils ne comprennent pas. Refusent de comprendre. Et ton comte souffre. Sous le masque, la peur et la folie que tu tempères, marchant sur des braises qui lentement, mais inévitablement, le consume. 

-"...c'est juste triste."
avatar
we only only Wake up when we sleep
we only only Wake up when we sleep
Voir le profil de l'utilisateur
Age : vieux '^'
Nationalité : onsépa '^'
Taille : 148cm
Messages : 27
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:40

Elle ne voulait pas me tuer.

Ça résonnait comme un adieu, un au revoir … la promesse d'une nouvelle rencontre ?
Cela m'aurait plu, je n'aurais jamais pensé rencontrer un jour quelqu'un qui me comprenne autant, quelqu'un qui ne me regarde pas comme si j'étais un monstre, un déviant. Parce que sous leurs sourires et leurs mots doux, c'est comme ça qu'ils me voient tous, pas vrai ?

Je continuais à serrer ce petit corps contre le mien tandis que la pluie qui coulait autour de nous semblait purifier le monde. C'était peut être ça le déluge. Laver un monde souillé par la méfiance, la haine, l'intolérance et l'incompréhension.
Peut être leur quête était noble, plus que la mienne. Que m'avaient apporté les humains à part leur mépris et de la souffrance ? Les protéger, est ce vraiment une mission sacrée ? Ou le diable se gausse t-il de nous voir, pantelant, sauver ceux qui détruisent la terre et leur propre peuple à petit feu ?

Je ne dois pas me poser ces questions, je suis encore trop fatigué, trop faible … il me faut simplement de la paix.

La paix …

Une sorte de trêve entre deux ennemis, pas d'agression, juste de la compréhension, enfin. Sa main caressait doucement ma joue tandis qu'elle se relevait et me fixait, le visage humidifié par les larmes et par les gouttes salvatrices. Ma main se levait doucement et caressa tendrement l'une de mèches qui barrait son front rose pâle. Celui d'une humaine.

« En un autre temps, une autre vie … tout aurait pu être différent. »

Un petit sourire fleurit sur mes lèvres tandis que je continuais à observer la noé. Nulle haine primordiale, nulle haine viscérale. De la compréhension teintée d'amitié, de celle qui réchauffait les cœurs brisés et les âmes meurtries

« Ca peut sembler stupide de dire ça, mais je suis heureux de t'avoir rencontré. »

Je me redressais lentement sans cesser de bercer la jeune femme dans mes bras. J'avais besoin de ce contact, nous en avions besoin tous les deux, quand bien même cela déplairait à nos deux factions. Qui viendrait nous porter rigueur de quelques instants volés à une réalité trop morbide, trop sombre, pour deux enfants incapables de rêver ? Personne. Personne ne se doute que nous vivons tous les deux dans un cauchemar, alors personne ne nous reprochera d'être empreints de l'envie de rêver, simplement quelques instants.

_________________
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
MikaëlLooks like you're in trouble
Mikaël
Looks like you're in trouble
Voir le profil de l'utilisateur
Age : Entre vingt et trente ans
Nationalité : Americaine
Taille : 187
Messages : 163
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:43

Ta tendre joue se presse contre le tissus imprégné, tandis que tu fermes les yeux, envahie d'une étrange lassitude qui te laisse presque sans défense, t'éloignant radicalement de l'apparition que tu offris plus tôt alors à cet homme...la jeune fille que tu es crève la peau grise pour une universalité de sentiment.

Débat sur la vie, la tristesse...tant de philosophie dans ce discours d'élite. Tout deux séparés de la masse anonyme et passive, loin du destin du monde dont vous êtes les activistes opposés. Combat de coq...de chiens sauvages..Pour la survie de qui ? De ceux qui s'en moquent ?!! Quelle..pitié..

Tes yeux se ferment, tes poings se nichent sous les replis chauds pour fuir cette pluie qui imprègnent ta veste de coton...seulement quelques secondes..un répit isolé du temps, distant de la réalité. Peut-être dans un rêve, qui sait ?

Deux corps entrelacés, sous la pluie grise des temples millénaires, constitués des deux extrémités les plus sauvages de la spiritualité des descendants d'Adam et Ève. Ta main vient délicatement caresser le visage masculin alors que tu braques tes yeux dans les siens, te reculant pour reprendre ta hauteur, dégoulinante d'eau et la peau blanche,rosie de froid. Humaine, tu as choisis de prendre son visage pour lui dire au revoir..en reconnaissance.

-"...C'est une trêve qui n'aura jamais lieu..Je ne te tuerai pas. Je ne peux pas tuer quelqun qui me comprend.." La main sur le coeur, tu trembles légèrement, baissant tes paupières, les cils collés de pluie et de sel...de la compassion...

Ce lieu est donc réellement digne de miracle.
avatar
we only only Wake up when we sleep
we only only Wake up when we sleep
Voir le profil de l'utilisateur
Age : vieux '^'
Nationalité : onsépa '^'
Taille : 148cm
Messages : 27
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad) Mar 15 Sep - 20:51

Les ombres dansent autour de moi, elles semblent vouloir m'avaler tandis que je vois la jeune noé prendre le portail vers autre part. L'arche noire, me laissant seul, plongé dans les profondeurs de la souffrance psychique, tiraillé par des interrogations imposées à mon esprit. Ais je le choix à présent, que d'ignorer mes doutes ? Nombreux sont ceux qui ne peuvent se permettre le luxe de se tâter, et malheureusement j'en faisais partie. Avancer péniblement sur un chemin tout tracé, sans regarder ailleurs, ce n'était pas ainsi que je me voyais avancer sur le chemin de la vie. Un exorciste dorénavant lié à une noé, une amitié étrange, mais néanmoins solide. Pourtant qui sait ? Peut être sera t-elle celle qui mettra fin à mes jours. Cette idée ne m'effraie pas, peut être même est elle tentante. Car à partir de ce jour, je ne serais plus jamais le même. Les souvenirs sont revenus s'imposer à mon esprit alors endormi, j'ai pris conscience du gouffre béant, des stigmates qu'ont laissés des années de torture dans mon âme atrophiée. Je suis dément, plus que je ne l'aurais cru, c'est ancré dans mon esprit en miettes, bien plus fragile que je ne le pensais jusqu'alors ? Était ce sa faute, ou n'avait elle fait que m'ouvrir les yeux ? La réponse était simple, déjà trouvée.

C'était les hommes qui m'avaient rendus ainsi, c'était de leurs mains que j'avais souffert mille tourments, dans une cellule froide, sombre, dénuée de vie. J'avais imploré la mort, j'avais hurlé son nom, je lui avais supplié de venir me prendre, jour après jour, nuit après nuit. Souffrance physique que celle de ces cicatrices qui brûlaient ma peau, lézardaient sur mon corps, marques indélébiles de la cruauté humaine. Souffrance mentale que de se souvenir de ce qui fut leur cause, chaque lésion, chaque trace avait son histoire, et s'en souvenir était un traitement pire encore que celui que je venais de subir. Mais l'impuissance restait la même, je ne pouvais me défendre de mes bourreaux, comme je ne pouvais me défendre de la jeune femme à la peau argentée. Pas maintenant. Bientôt peut être ? Quand enfin j'aurais acquis le pouvoir qu'était censé m'accorder ma quête de sens ? Qui saît ? Pour l'instant je n'en ressentais pas le besoin, nous étions devenus amis, d'une bien étrange façon, mais tel était le cas, à présent.

D'une amitié différente que celle qui me liait aux autres. Loin de mes liens fraternels avec Logan, Lelianna et Akane. Loin de la profonde amitié, de la confiance solide comme un roc qui me liait à Tzakiel, loin de celle, tout aussi intime, qui me liait à Aon. Sans empreinte du respect que je vouais à ma chère maréchale et, bien qu'un petit peu moins, à Komui. Non, une amitié teintée de compréhension, une douleur partagée, de celles qui hantaient vos nuits pour ne jamais vous laisser le bonheur d'un repos tant mérité. De celles qui ne vous laissent jamais en paix, qui vous attirent inexorablement vers la noirceur et le néant.

Et tandis que la pluie cessait enfin, qu'elle avait lavée le monde de ses péchés, je levais les yeux vers le ciel qui avait bien failli m’accueillir. Je ne savais si j'étais ressorti grandi de cette rencontre, ou affaissé, détruit par cette symphonie lugubre qui résonnait dans la cité des Dieux. Et tandis que mes paupières se fermaient toutes seules, comme si je souhaitais replonger dans le rêve de la femme aux yeux mordorés, la dernière image qui s'imposa à mon esprit fut celle d'une d'une demoiselle aux iris absinthes et aux long cheveux roux qui me fixait avec compassion.

Je souhaitais tellement la revoir, celle qui était aussi folle que moi, celle qui me comprenait, celle qui m'acceptait … je devais passer une journée avec elle pour reposer mon esprit en miettes, calmer mon cœur déchiré par ces illusions morbides. Me convaincre qu'elle était là, tout simplement, parce qu'elle ne quittera plus jamais mes pensées, ses initiales gravés à jamais dans le fer sombre de mon cœur.

J'ai tellement envie de te revoir … mais d'abord, je vais simplement dormir, me reposer un peu.

D'accord ?

[FIN]

_________________
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
MikaëlLooks like you're in trouble
Mikaël
Looks like you're in trouble
Voir le profil de l'utilisateur
Age : Entre vingt et trente ans
Nationalité : Americaine
Taille : 187
Messages : 163
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad)

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
[Flashback] The first Watch -CeroGordo- (ScottRoad)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» RP flashback en 1623
» [Flashback] Les cicatrices d’un passé douloureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Lost Chapter :: — Le Monde — :: Amérique :: Amérique du Sud-