Le One-Shot du printemps
Le sujet des deux mois sera "L'Abandon". À vos plumes !
Top Sites

Vous pouvez voter toutes les deux heures ! :)

D.Gray-Man: Lost Chapter gray man lost chapter
D.Gray-Man: Lost Chapter D.Gray-Man: Lost Chapter

Partagez | .

« Je me suis toujours sentie seule, plus encore dans la foule. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: « Je me suis toujours sentie seule, plus encore dans la foule. » Sam 19 Déc - 11:35

Dolores Carmen Yellan33 ans - Broker –Parvenue

CaractèreComplexée ♦ Avide ♦ Précieuse ♦ Hédoniste ♦ Pragmatique ♦ Acharnée ♦ Profite de l'étiquette ♦ Mal à l'aise dans l'affection ♦ Volage ♦ Insatisfaite ♦ Critique

HistoireUne histoire du commun des mortels, de celles extérieures au devenir du monde pour ces rôles n'y ayant aucune d'emprise directe. Dolores Carmen Yellan – de son nom de jeune fille au demeurant intacte – est une américaine originaire des bas quartiers. Aube de vie difficile, au sein d'une grande fratrie, mais d'une famille aimante malgré les nombreux accrochages coutumiers au quotidien en collectivité. Si cette maigre satisfaction avait été plus tenace, peut-être n'aurait-elle pas cédé sa vertu pour un peu de faste.  
L'exil familial, l'élan prise seule vers l'autonomie, ont rapidement conduit la Carmencita à assumer la symbolique de son deuxième prénom dans un cabaret glauque où la rencontre avec sa moitié passagère – ce cher Robert – a pu se concrétiser. Une petite éclaircie dans son monde qui a donné lieu bien après à la chair de leurs deux corps – Christie-Ann.
Mais la lumière reste terne dans les ruelles crapuleuses, qui comme une glue mortelle, vous préserve à sa surface une fois que vous avez eu le malheur de vous risquer à son contact.
Violence, pègre... Des maux et une précarité ayant eu vite fait de propulser Dolores vers ses bas instincts pour s'y extirper.
Joli désastre découvert par Robert, une belle désillusion explosive de sang et de rage qui le conduisit derrière les barreaux... Là où en parallèle, le ventre de Dolores s'alourdissait de sa nouvelle génération. Christie-Ann. Mignonne petite fille, discrète, bien trop, par ses carences affectives que sa mère n'a jamais su combler... Est-ce dans l'échec de son rôle qu'elle a fuit ? Il n'y avait pas que de ça. La folie des grandeurs était attirante, éclatante. Comment ne pas s'y laisser séduire en s'énamourant vers ce monde idéalisé ? Délaissant sa fille à son ex-mari sorti de prison, Dolores réussit à s'insérer dans les rangs du Comte auprès de l'un de ses amants trader, où elle l'assiste en espérant en tirer les avantages nécessaires.  

Liens recherchés▬ Hostilités : des énergumènes qui la renverraient à son rang de loqueteuse, des gandins prétentieux, des mufles bourrus, d'anciens amants... Son sexisme ne manque pas de rendre défavorable son carnet de contacts. Mais des semblables féminines, elle en méprise quelques unes  aussi. Celles qui dégoûtées cernent sa nature libidineuse, ces péronnelles bien trop fragiles...   Les prétextes sont bons pour détester les autres et se faire détester. Après tout, c'est dans le propre de l'humain de se froisser et de se lisser au toucher des siens. Quel étrange animal.
▬ Alliances : des amitiés arrangées, de bonnes ententes ou des personnes qui dans la plus grande des manœuvres bousculeraient un attachement que Dolores aurait du mal à saisir. Bien qu'elle soit écorchée dans son affection aux autres, Dolores peut cultiver de l'intérêt pour ceux et celles qui pourraient la rehausser socialement. Bien que complexe dans ses ressentis, elle peut aussi éveiller une certaine curiosité pour les âmes originales. Appréciant le meilleur. Flânant aux bras de proches surestimés par la duperie du milieu mondain. La sociabilité lui permet de s'intégrer. Et bien que vénéneuse, lointaine à ce sentimentalisme qui la bloque, Dolores sait « estimer », à sa façon. Ne vous attendez pas cependant à une réelle dévotion de sa part. Une vraie girouette visant les rafales favorables, l'aiguille plantée entre les omoplates, trahir n'est pas un tabou dans sa nature, si trancher le lien lui permet une ascension. Triste prisonnière de sa cupidité.
▬ Inclassables : des marginaux, des gens qui remettraient en cause certains de ses principes ou la piqueraient de façon à lui faire travailler son introspection. Ou même de ces relations instables ne rimant à rien. Tout individu ne pouvant se définir par une étiquette fixe.



Robert S. McGeeex

Quel maelström d'émotions alambiquées me garrottent la gorge lorsque tu possèdes mes pensées. Qu'on m’ordonne d'éclaircir l'obscurantisme de mes réflexions que je faillirai à la demande. J'ai de toi cet amour en mal, malade et mal soigné ; les cicatrices d'affections enfantines infectées. Le paradoxe me cogne sur l'aorte, tuyauterie obstruée d'un sang noir, caillé d'encre alors que je m'enlise – et réalise – la douleur qui t'a frappé, dont j'en suis l'archer.
Les cordes de mes veines se tendent ainsi que le halo de mes bras. Tu as toujours été le seul à suinter de cette chaleur stellaire, étoiles sur nos tempes effleurées.

Christie-Annfille

Étendue de mon sang, chair née des miennes et tissant le canevas de ses cellules dans une toile qui t'es pourtant si propre, j'aurais souhaité être en mesure de te chérir ma belle Christie-Ann. Le cercle de mes bras a toujours été trop étroit pour les personnes que j'aime. Peut-être ai-je l'étreinte trop restreinte pour un amour qui m'écrase comme le fardeau d'un Atlas. Chère Christie-Ann, précieuse et inestimable das les deux définitions de ce phonème unique, pardonne moi de ma maladresse de mère qui n'espère que ton épanouissement, pourvu que tu t’assouvisses loin de mes vices que j’évince.  

Mikhaïl Prokofievanimosité

Quel irritant personnage croisé dans la mascarade d'une soirée grotesque. Un akuma sous un masque de simili humain parfait pour en être dupe. Et c'est pour ce motif que je présume toute l'irritabilité que froisse sa présence. Je ne l'apprécie guère et ne tais point cette animosité que j'exprime explicitement lors de nos rencontres. Peut-être que je jalouse ou redoute la puissance de sa nature ? Ça en est une certitude, me penser vulnérable face à sa force dissimulée tord mes tripes d'angoisse haineuse.
Mais notre lien est plus alambiqué car malgré nos fourneaux de griefs communs, il n'en demeure pas moins un allié avec lequel je suis bien obligée de collaborer.


Alyss Bathorycomplicité

Une dame des plus charmantes et incontestablement des plus intéressantes rencontrées jusqu'alors. J'admire son esprit insoumis, son indignation pour le machisme, fléau de notre époque, et tous les sous-hommes qui en incarnent l'étendard immonde. Je puise de notre rencontre un bonheur concret et espère l'épanouissement de notre relation comme de très bonnes amies. Deviser des libertés qui nous sont dues en tant que femmes, mais aussi en tant qu'humaines, est un combat qui mérite de transitionner des paroles aux gestes.

NOM Prénomrelation

...

NOM Prénomrelation

...

avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
Rose douloureuse. Hortensia douteux. Tubéreuse fatale. L'âme florale au bouquet flétri.
Voir le profil de l'utilisateur
Age : La question fâcheuse pour ces Dames. Ayez l'amabilité de ne pas vieillir mes trente trois années, c'est tout ce que je vous demande.
Nationalité : Américaine
Taille : 162 cm
Messages : 35
Revenir en haut Aller en bas
« Je me suis toujours sentie seule, plus encore dans la foule. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une question que je me suis toujours posée...
» «Suis toujours ton coeur, mais prends ton cerveau avec toi» || Hippo
» j'ai stoppé la verdure et pourtant j'ai toujours la tête dans les vappes.
» Qui suis-je? Où vais-je? Dans quel état j'erre?
» Si tu as besoin de quoi que ce soit, je serai là pour toi, dans les bons moments et dans les mauvais, pour toujours. [PV Boule Marine.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Lost Chapter :: — Gestion des Personnages — :: Journal de bord :: Journal de Dolores C. Yellan-