Le One-Shot du printemps
Le sujet des deux mois sera "L'Abandon". À vos plumes !
Top Sites

Vous pouvez voter toutes les deux heures ! :)

D.Gray-Man: Lost Chapter gray man lost chapter
D.Gray-Man: Lost Chapter D.Gray-Man: Lost Chapter

Partagez | .

Réparations et demande [PV Marek]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Réparations et demande [PV Marek] Mer 13 Juil - 15:06

Morgane soupira en observant l’arme qu’elle venait de poser sur son bureau. Sa dernière mission n’avait pas été de tout repos et elle avait été contrainte de se défendre, ce qui expliquait l’état déplorable de la lame. Une moue agacée étira les traits de la courtisane alors que celle-ci remettait une nouvelle fois une boucle châtain derrière son oreille droite. Elle avait toujours pris grand soin de ses affaires et arrivait généralement à s’en tirer seule lorsque de petites réparations étaient à faire, mais là, elle allait sans doute devoir demander de l’aide à la branche mécano de l’Ordre.

La française jeta un rapide coup d’œil au pendule qui battait la mesure du temps, ses yeux délavés se posant sur les aiguilles noires pointant vers les chiffres du cadran. Elle n’avait plus de client jusqu’au lendemain, mais elle ne pouvait décemment s’absenter avant une ou deux heure, quand bien même elle accordait une certaine confiance à ses filles pour se gérer et se protéger seules.

Un nouveau soupir franchit les lèvres de la courtisane qui rangea l’arme défectueuse dans un petit sac. Elle allait devoir patienter un peu avant de s’enfoncer dans les catacombes et aller voir les mécaniciens de la section adéquate. Elle aurait voulu voir Lucifer, mais elle savait que la jeune femme était occupée depuis plusieurs jours sur des projets sans doute bien plus importants que la simple réparation d’armes certes stylisées mais totalement normales.

Les minutes passèrent plus ou moins rapidement avant que la jeune femme ne se lève et appelle une des courtisanes de sa maison pour l’aider à se défaire de son imposante robe. Les doigts agiles de la jeune prostituée ne tardèrent pas à défaire les lacets de son corset, libérant sa cage thoracique de l’étau qui l’enserrait. Un soulagement intense traversa les membres de la parisienne qui s’étira après avoir remercié l’adolescente aux cheveux noirs d’un sourire. Une fois seule, elle passa un doigt dans son dos, grimaçant en sentant les marques ancrées dans sur sa peau. Elle pouvait suivre sans peine le tracé des coutures et des liens qui maintenaient la prison de ses vêtements en place, indice à peine subtil de l’oppression dont étaient victimes les corps de la gent féminine.

Elle se changea rapidement et sorti dans la rue, vérifiant les alentours avant de s’engager dans la foule de la capitale. Sa démarche, habituellement souple et féline, se fit presque martiale sur les pavés sales qu’elle battait de son talon. Plus d’une fois, elle esquiva habillement un malotru qui ne s’occupait guère de la galanterie, ses jupons volant dans l’air dans un froissement de tissus.

La jeune femme jeta un dernier coup d’œil autour d’elle. Personne ne l’avait suivi. Bien. Rapidement, elle s’engouffra dans l’entrée des catacombes, s’y glissant avec une facilité assez déconcertante. Ses pieds se remirent en marche dans le labyrinthe assombri, suivant un chemin précis et sinueux.

Sa marche arriva enfin à destination, faisant sourire la courtisane qui s’autorisa enfin à enlever le capuchon masquant son visage. Ses boucles claires glissèrent le long de son visage et reflétèrent les lueurs des lampes en des reflets ambrés et mouvants. Elle salua les serpentaires qu’elle croisait, recevant en retour des salutations plus marquées du fait de son rang au sein de l’organisation, et se dirigea vers l’aile de la section mécanique, prête à chopper le premier mécano qu’elle y croiserait.

Cela ne manqua pas d’arriver rapidement. Ses yeux se posèrent sur la silhouette d’un adolescent courbé sur un travail qui semblait se finir. En quelques pas, elle fut proche de lui et fit en sorte de se faire entendre, histoire de ne pas faire sursauter son interlocuteur en le prévenant de sa présence.

- Bonjour Marek… J’aurai un service à te demander.

Spoiler:
 
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Nationalité : Française
Taille : 1m65
Messages : 17
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Réparations et demande [PV Marek] Mer 10 Aoû - 22:04

HRP: Désolée du mois d'attente ! J'ai enfin eu du temps pour faire ma première réponse ici. J'espère que le post te conviendra. MP-moi si un détail te chiffonne. Bonne lecture :p

Tic-tac. Tic… tac. Ti… tic… tac… t…ic…t..tac. Voilà encore que le crétin de pendule de la grande horloge prenait de l’arrière. Je devrais encore la remettre sur pied pour tuer le temps, je présume ? Je n’avais que ça à faire après tout. Je n’étais qu’un gosse pleurnichard et inutile. Un mince ricanement sortit de mes lèvres. Fais chier. Comme si ces paroles me convenaient !

Je levai les yeux sur cette dernière pour voir que le pendule s’était complètement arrêté. Je regardai à gauche et à droite, personne à proximité. Tout le monde s’était dépêché d’aller accueillir les combattants qui rentraient de leur mission. Pas moi. Je préférais me faire chier tout seul en attendant que quelque chose de bien m’arrive. Je n’allais certainement pas remercier cette bande d’écervelés d’avoir encore éraillé mon travail. Pour faire quoi par la suite? Pour me le ramener tout détruit afin que je le répare sans chialer ! Quelle misère !

L’horloge faisait maintenant un étrange grincement qui me donnait mal à la tête…  

Ah!  j’avais compris, j’allais réparer cette foutue horloge tant qu’à avoir rien à faire. Ainsi, je sautai sur le bureau face à la pièce brisée en question pour décrocher le pendule de la boite de verre accrochée au mécanisme de l’horloge que je décrochai aussi à l’aide de mes outils de précision.  

Je revins avec tout ce matos vers mon bureau ou je jetai les pièces à la ramasse. En maugréant, je me rassis, remontai mes caches-oreilles de mon cou et commençai ou plutôt recommençai le boulot… Si ça continuait, j’allais aller voler une de ces putains d’horloges dans un des marchés parisiens, en souvenir du bon vieux temps. Non mais, ça commençait à être ridicule : pendant que des gens mouraient sur un champ de bataille, moi je me faisais chier avec des aiguilles défectueuses.

Le temps passa et trépassa sans que je ne m’en rende compte et le plus ironique là-dedans c’est que je remontais une horloge depuis des heures. Il était passé 5 heures et je commençais à avoir faim.

C’est alors qu’il y eu de l’agitation autour de moi. Tiens, les autres mécanos avaient fini par rentrer et ramener une vermine à leur suite.


Morgane:
 

Vermine, qui plus est venait de m’adresser la parole. Quel honneur ! Je fis mine de ne pas l’avoir entendu, mais elle avait su faire tellement de boucan derrière elle que c’est à peine si je pouvais entendre le tic-tac finalement plutôt réconfortant de l’horloge qui avait recommencé à trancher le temps.

Je me levai d’un bond, en ignorant son altesse à la longue chevelure blonde, et passai mon chemin pour accrocher mon travail au-dessus du bureau d’un de mes collègues qui me regarda en ricanant nerveusement:


-Mais t’es cinglé mec ou complètement aveugle ? C’est Morgane  Aether à qui tu viens de foutre un vent ! T’es soit trop nouveau pour te rendre compte que tu viens d’ignorer une haut-gradée de l’Ordre ou t’es trop idiot, mais tu vas avoir des problèmes.

Je replaçai ainsi mes caches-oreilles dans mon cou et répliquai en haussant les épaules :

-Je devais être déboussolé pour ne pas avoir remarqué une présence aussi sublime. Mais maintenant, le temps a bien repris son cours. dis-je en lui pointant l’horloge et en lui tapotant l’épaule.

Je me redirigeai ainsi avec lenteur vers mon bureau devant lequel je restai pour balayer la femme de la tête au pied. Je soupirai :


-Même chez les haut-gradés les temps sont difficiles, n’est-ce pas ? Vous avez cassé votre jouet, je présume.

Je remontai mon capuchon et je mis mes mains dans mes poches.

-Mais voyez-vous, l’horloge que vous voyez là-bas indique qu’il est temps de manger. Vous ne voudriez pas que je m’évanouisse d’un surmenage nerveux? Alors, vous me payez le repas et vous pouvez me demander votre service. Sans quoi.

Je remontai mes caches-oreilles et m’assis sur mon bureau.

-Vous devrez attendre. Quoique j’oubliais, un combattant, ça n’attend jamais. Pardonnez-moi, votre altesse.

Je me relevai et fit une mince révérence. Tous les mécaniciens dans la salle avaient le souffle coupé. Ils se disaient : Marek va perdre sa tête ce soir.

*Comme si Maxwell's allait accepter qu'on se débarrasse de moi aussi facilement et puis... ils avaient beaux accepté mes requêtes de terrain et j'arrêterais de chialer.*
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 18 ans
Nationalité : Krakovi, Pologne
Messages : 14
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Réparations et demande [PV Marek] Mer 24 Aoû - 19:38

Il était assez difficile de mettre Morgane en colère au sein de l’Ordre, du fait de son rang élevé et du respect que tout un chacun lui devait. Certes, à ses débuts dans l’organisation, elle avait eu à subir maintes remarques désobligeantes et autres gestes déplacés, mais ses réactions avaient tôt fait de remettre la grande majorité des malotrus à leur place. Son ascension avait fait disparaître le reste, et elle était désormais à peu près tranquille, se contentant de répondre tranquillement aux piques qu’on pouvait lui lancer.

Mais aujourd’hui semblait déroger à la règle tacite qui s’était instaurée dans les dédales des catacombes, en la présence d’un jeune mécano qui ne semblait pas avoir plus de deux sous de jugeote et qui l’ignora avec le tact le plus atrophié du monde. Elle n’espérait certes pas à être accueillie à bras ouvert, mais elle s’attendait tout de même à un minimum de politesse, un « bonjour » n’ayant jamais tué personne.

Elle le regarda donc s’éloigner avec un étonnement habilement dissimulé, et attendit calmement qu’il revienne, plus droite et plus froide qu’à son arrivée. Le sourire qui habillait judicieusement ses lèvres finit de disparaître lorsqu’elle vit Marek la regarder de bas en haut. Il ne le savait sans doute pas, mais il venait de franchir un pas qui le classait définitivement dans l’esprit de la courtisane dans la case « imbécile prétentieux, insultant et immature ». Elle détestait singulièrement être dévisagée comme si elle n’était rien d’autre qu’une pécore à rabaisser. Elle avait déjà donné dans ce registre et haïssait de manière viscérale qu’on la ramène à ces années où elle soulevait ses jupons dans la rue afin de rapporter à la Jeanne son quota de sous, serrant les dents sous les injures et les remarques blessantes de ses clients d’un soir. Ses poings se serrèrent, ses jointures se firent blanches alors qu’elle s’enfonça les ongles dans la peau. Elle espérait sincèrement qu’il allait se rattraper, sans quoi elle allait devoir mettre les poings sur les i. Chose qui n’arriva pas pour le malheur de l’effronté qui lui faisait face.

Un claquement sec et violent retentit dans le couloir, tranchant l’ambiance pourtant bruyante et enfumée de la section mécanique. La courtisane ramena son bras avec un calme mortel, plantant ses yeux verts dans ceux de son interlocuteur. La gifle qu’elle venait de lui donner avec une force motivée par l’exaspération n’était qu’un avant-goût de la colère qui se glissait sournoisement dans ses veines. Ainsi donc, il voulait jouer au plus malin. Soit.

- Surveille tes paroles et ton attitude gamin, je gère un endroit ou ton corps d’éphèbe serait fort apprécié d’une certaine clientèle si jamais il me prenait l’envie de t’y envoyer. Et ne crois pas que Maxwell te tirera de mes griffes, ce n’est pas parce qu’il t’a sauvé une fois qu’il recommencera.

Sa voix suave transpirait le danger et la menace, son sourire se faisait carnassier. Elle avait revêtu les apparats de la haute gradée sournoise et impitoyable, celle qui n’hésitait pas à empoisonner et à manipuler afin d’obtenir ce dont elle avait besoin pour l’Ordre. La fierté et la haine de la courtisane vendue à des porcs trop fortunés s’instillait dans le masque effrayant qu’elle revêtait en cet instant, sous les boucles angélique qui ceignaient son crâne.

La jeune femme se pencha légèrement vers l’inconscient, ses doigts venant se glisser sous son menton, le forçant à lui faire face.

- Je te conseille donc de mettre tes sarcasmes et ta fierté mal placée en veilleuse.

Le silence relatif qui s’était installé autour d’eux devenait étouffant, poisseux. Morgane se fichait comme une guigne d’être entendue par les autres mécaniciens de la branche, son regard froid et menaçant planté dans les pupilles de Marek.

Tranquillement, elle se redressa dans un froissement de tissus et replaça une mèche délavée derrière son oreille, perdant, en apparence, son attitude pour le moins effrayante. Seuls ses yeux restaient aussi durs que des pierres et reflétaient la lumière comme des lames rappelant celle qu’elle avait posée sur le plan de travail, dans un espace libre de tout rouage. Elle attendait désormais ses réactions, entendant les murmures des spectateurs présents. Il était peu probable que ces derniers viennent à la rescousse de leur camarade. Il avait merdé avec elle, qu’il se débrouille seul pour faire face aux conséquences.
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Nationalité : Française
Taille : 1m65
Messages : 17
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Réparations et demande [PV Marek] Dim 25 Sep - 4:39

HRP : Désolée encore des délais. Un nouveau taf, un déménagement, etc. Voilà!

Sans l’éviter, habitué de me faire ainsi punir de mes effronteries, la claque de la haut-gradée marqua ma joue. Plus blessé dans mon orgueil que blessé physiquement, je me le frottai, ne perdant pas mon petit air de défi.

Morgane:
 

J’écoutais la courtisane d’une oreille inattentive, regardant le travail sur la table et écoutant le tic-tac réconfortant de l’horloge.  Elle devait trouver que je ne lui portais pas encore assez d’attention sur sa « ô combien divine présence ». Elle me remonta le visage afin que je sois à quelques centimètres d’elle. Je pouvais sentir sa respiration drue sur ma peau. Elle était en colère ! Comme c’était gratifiant.

Morgane:
 

[i]Le silence qui s’insinua dans la pièce était lourd et aurait effrayé n’importe qui, sauf moi. J’en avais vécu de la merde, ce n’est pas une petite noble qui allait m’effrayer.  J’avais une folle envie de cracher sur ses beaux habits, de jubile de sa colère, mais bon… une autre fois… si je voulais garder ma couverture, je devais faire plus attention. Je soupirai, la repoussant et retournant à mon bureau face au travail que j’avais à faire.

Mes collègues, enfin ceux qui ne dînaient pas à l’extérieur retenaient leur respiration et pariait intérieurement pour savoir comment j’allais finir mes jours… J’en étais certain.
Je ricanai et soupirai :


-Je vois que le sens de l’humour est quelque  chose qu’on ne vous a pas appris dans l’aile des combattants. Bon, donc si vous ne voulez pas parler, allez donc me chercher quelque chose à manger. Je vous le répète, je meurs de faim !

Je mimai une faiblesse, puis poursuivis :

-Je crois que ce n’est pas que mon estomac qui est vide; elle aussi est en sale état. Je ne sais pas ce que vous lui avez fait, mais je l’entends pleurer d’ici.

Je plantai mon regard dans le sien un instant avant de pencher ma tête sur l’arme éclatée, silencieux pour une fois. J’entendis mes collègues recommencer à bouger : ils étaient rassurés. Comme si j’allais laisser cette pauvre femme me salir. J’avais d’autres combats plus important, mais restait que l’envie de lui envoyer une vanne ou deux me poignait le cœur.

*Max si j’avais su que mon travail serait aussi peu à la hauteur de mon ingéniosité. Si j’avais su que je m’avais fait chier comme ça, je serais resté dans la rue… Mais bon maintenant que j’étais là, attirer la confiance et non la méfiance étaient une bonne idée.*
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 18 ans
Nationalité : Krakovi, Pologne
Messages : 14
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Réparations et demande [PV Marek] Lun 26 Sep - 18:17

Le ricanement de Marek sonna comme un crissement désagréable aux oreilles de la courtisane dont les ongles s’enfonçaient dans la chair tendre des bras qu’elle gardait croisés. Son regard, plus glacial que jamais, se posa sur le mécanicien qui lui faisait face. Une douce envie poisseuse se glissa sous sa peau, se nichant au creux de sa poitrine comme un serpent tentateur. Elle voulait le briser. Le tuer. L’écorcher vif. Le dépecer. Elle ne supportait pas ses manières, sa voix, son insolence qui outrepassait largement les règles établies au sein de l’Ordre. Monsieur devait se croire intouchable pour se montrer aussi grossier et aussi rustre. Un claquement de langue dépréciateur sortit des lèvres rosées de la haute gradée qui ne bougeait toujours pas, sentant sa colère se changer en un poison de plus en plus noir sous les paroles de l’adolescent.

Et voilà que maintenant il s’amusait à lui donner des ordres. Un feu dangereux incendia les iris qui avaient foncés sous les sentiments de leur propriétaire. Même les mécaniciens s’étaient arrêtés et le fixaient avec désapprobation, et Morgane nota rapidement le froncement de sourcil de Jack. Quant au reste…

Toujours silencieuse, Morgane s’approcha une nouvelle fois, le visage lisse et neutre. Elle profita du fait qu’il ne s’occupait plus d’elle et qu’il se pensait tiré d’affaire. Fatale, si fatale erreur.

Dans un geste vif et violent, l’ancienne enfant des rues attrapa une touffe de cheveux entre ses doigts fins, et lui plaqua avec une force étonnante le front contre le bois. Le craquement sinistre qui en sortit la fit sourire avec une joie malsaine. Elle se fichait de savoir si c’était le nez de Marek ou le plan de travail qui avait fait un tel bruit, tout comme elle se fichait de lui avoir fait un mal de chien. Après tout, c’était le but de la manœuvre. Le maintenant ainsi sous une poigne de fer, elle récupéra tranquillement les différents morceaux de sa lame. Son regard glissa sur les mains de l’inconscient, pesant le pour et le contre. C’était tentant, si tentant… Au loin, elle entendit des applaudissements et ne put s’empêcher de sourire un peu plus. À tous les coups, ce devait être Jack. Elle avait entendu dire qu’elle ne portait pas ce petit con dans son cœur, et elle comprenait définitivement pourquoi.

Sans aucune douceur, elle le jeta à terre. Elle n’eut aucun mal à le faire au vu de la corpulence de Marek, et apprécia grandement le bruit de la chute, l’observant alors de haut. Il s’en fallait de peu qu’elle ne lui compresse la gorge de la pointe de son talon. Seule la perspective d’une toute autre punition retenait ses gestes. Après tout, si elle l’abîmait trop, personne ne voudrait payer pour le mettre dans leur pieu. Elle se contenta donc d’appuyer le talon sur la paume de sa main gauche.

- Il semble bien que tu n’aies toujours rien compris, donc je vais te réexpliquer la situation morveux. Je ne suis pas une combattante. Je suis ta supérieure hiérarchique. Et de ce fait, je tiens ta vie entre mes mains.

Ses lèvres s’étirèrent et laissèrent voir les dents blanches de la jeune femme dans un sourire carnassier. Ses doigts jouaient négligemment avec un morceau de lame, renvoyant la lumière des lampes à pétrole en des éclats meurtriers. Elle ne le quittait pas du regard alors qu’elle avait l’impression de sentir son tatouage s’agiter d’excitation sur sa cheville. Elle pressa un peu plus la pointe de sa chaussure sur la paume de Marek.

- Maintenant je te laisse deux options. Soit tu t’excuses comme il se doit, avec les formes, et peut-être que j’accepterai de passer l’éponge… Soit je t’embarque jusqu’à mon bordel pour faire de toi une putain. Je te laisse cinq secondes.

Ses doigts se refermèrent sur l’éclat de métal, et elle attendit la réponse du mécanicien. C’était à lui de voir s’il voulait vraiment se mettre Morgane à dos. Dans tous les cas, la courtisane ne lui confiera pas sa lame. Pas question que ce petit con prétentieux y touche, et il pouvait désormais toujours courir pour lui demander le moindre service ou la moindre faveur. Quant à une quelconque assistance contre elle, il pouvait toujours espérer. Personne ne viendrait l’aider. Maxwell avait autre chose à foutre. Lucifer ne le portait pas assez dans son cœur pour s’interposer entre lui et la courtisane. Et les mécaniciens le laisseraient se démerder seul.
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Nationalité : Française
Taille : 1m65
Messages : 17
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Réparations et demande [PV Marek] Dim 13 Nov - 2:25

[HRP: Désolée pour les délais, j'ai peu de temps à moi ces temps-ci. Bonne lecture o/] -Édité le 13 novembre !

Vif, j’essayai d’éviter le coup, mais cette femme-lionne était agile et plutôt puissante. Quand je me fis tirer les cheveux et plaqué sur le bois de la table, je me demandais vraiment si mon petit jeu en valait la chandelle. En fait, j’en voulais encore de m’avoir pris que pour réparer des bouts de bois et des armes à feu usés par leurs sales mains qui ne valorisaient même pas ce travail harassant. Moi, j’aurais voulu être sur le terrain. Mais, si ça continuait, c’est dans les cachots que je finirais, je devais me calmer. Je commençais d’ailleurs à me radoter, mais qu’est-ce que la colère des haut placés pouvaient me faire !

Je voulus me relever la tête, mais tout ce que j’arrivai à faire c’est tousser à cause du sang qui coulait dans ma gorge. Qu’est-ce qu’elle avait bien pu me casser cette pauvre cloche? Pauvre cloche plutôt forte qui m’envoya valser au mur sous des applaudissements. Pouvais-je tomber plus bas ? Un appareil me tomba sur la tête me faisant une belle bosse. Non, j’étais au plus bas. Je rouvris les yeux et la regarda encore. Je n’étais pas encore inconscient. Je devais rester fort. Leur prouver que j’étais fort.  J’attrapai un morceau de verre au sol, débris de vase qui avaient éclatés sous ce coup, mais ma vision était si trouble et j’avais si mal que mon esprit s’obscurcissait surtout quand elle appuya son pied sur ma main, entrant son talon profondément  Je le gardai entre mes doigts qui bleuissaient.

Morgane:
 

[i]Aurais-je le choix si je voulais survivre de m’excuser ? Je veux dire… si je mourrais ici, à quoi bon se rebeller ? Mon message ne passerait pas. Mais j’en glisserais un mot à Maxwell’s il pouvait entre être certain. Sous le battement de mes tempes et de mon œil qui gonflait sur un potentiel œil au beurre noir, je murmurai :


-Je m’excuse, ô grande patronne, mais…

Je pointai ma main effritée de mon autre main et j’ajoutai :

-Si vous voulez des excuses complètes, je vous conseillerais de me laisser un petit répit. Je crois que j’ai compris le message. Pas obligé d’être aussi soupe-au-lait à mes railleries…

Je crachai encore un peu de sang et, en preuve de bonne foi, je lançai un des morceaux de verre que j’avais en main, un peu plus loin. Non mais, j’avais d’autre chose à foutre que me faire tabasser par une folle furieuse. Qu’elle la garde son arme cassé, je ne voulais plus rien savoir de son contrat.

-D’ailleurs, votre humour n’est pas bien meilleure, mais bien sûr, vous pouvez me dire ce que vous voulez, vous, vous avez le titre pour. Enfin, le temps passe et votre arme est encore en train de crier de douleur. Donnez-moi ce sac qu ej'arrange tout ça et vous pourrez repartir à vos affaires. Je ne laisserai pas cette arme dans un tel état, ce serait un sacrilège.

Ma voix était de plus en plus éraillée. Je devais choisir entre ma réputation d’avoir tenue tête à cette lionne jusqu’au bout ou à passer une semaine de mois à l’infirmerie ? Le choix était difficile, mais au moins, là-bas, congé de boulot.

*Je suis peut-être un idiot aussi, mais je finissais toujours par finir mon cirque et travailler, il fallait seulement me laisser le temps... de montrer à ''l'élite'' que je ne me soumettais pas facilement. Que mes services avaient un prix : l a reconnaissance (Et de jolies bosses en collection sur le crâne)*
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 18 ans
Nationalité : Krakovi, Pologne
Messages : 14
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Réparations et demande [PV Marek] Mer 16 Nov - 4:57

Morgane retint à peine le sourire qui manqua d’étirer ses lèvres lorsque le vase se fracassa sur la tête de l’inconscient qui lui faisait face. Peu lui importait son état par la suite. Oh, bien sûr, elle aurait pu le traîner jusque dans son bordel et le forcer à y faire la pute, à subir les désirs de clients aisés qui se fichaient de la morale comme d’autres se fichaient du temps qu’il faisait. Mais c’aurait été lui faire trop d’honneurs. Les hommes et les rares femmes qui poussaient les portes de son établissement n’étaient pas des pourritures, et lui auraient accordé bien plus de respect qu’il n’en méritait. Oui, définitivement, ce châtiment était trop doux pour lui, même s’il aurait été amusant de voir sa réaction.

Les yeux glacés de la courtisane disséquèrent l’imprudent alors qu’elle lui enfonçait un talon dans la paume. Il lui fut donc aisé de remarqué ses doigts agripper un éclat de verre. Elle haussa un sourcil. En plus d’être grossier, sans aucun savoir-vivre et incapable de savoir où se trouvait sa place, voilà qu’il se mettait à avoir des velléités meurtrière ? Si elle s’écoutait, elle en rirait à gorge déployée. Lui, un môme chouigneur et aussi taillé pour le combat qu’elle pour la mécanique, essayer de la combattre ? Il n’avait même plus la force de la regarder en face, comment diable pourrait-il ne serait-ce que l’effleurer ?

Mais de toute évidence, elle allait encore devoir sévir. Dieu que cette teigne était tenace… Et insultante. Elle se demandait comment les autres mécanos de la branche faisaient pour supporter un personnage pareil. Mépris ? Indifférence ? Patience qui s’étiolait chaque jour un peu plus et qui allait finir par craquer dans un bain de sang ? Sans doute un peu des trois si elle s’en référait aux regards qu’elle parvenait à capter malgré le fait que son attention soit principalement axée sur la grande gueule ensanglantée. Il lui semblait même entendre des paris venant d’un coin enfumé de la branche mécanique.

En attendant, elle devait agir. Fourrer dans ce crâne imbécile des préceptes pleins de bon sens, de la jugeote que de toute évidence il n’avait absolument pas, et une humilité qui lui ferait sans doute beaucoup de bien. Et il pourra toujours courir jusqu’en enfer pour avoir la moindre faveur de sa part.

Remontant son talon de quelques centimètres, elle l’abattit sans un mot sur le poignet friable laissé à sa merci. Tant qu’à lui laisser des stigmates, autant qu’ils soient handicapants au possible. Sa voix glissa une nouvelle fois hors de ses lèvres rosées, plus glaciale qu’un souffle d’hiver et plus mauvaise qu’un serpent en colère.

- Le sacrilège serait de te laisser toucher mes armes une seconde de plus. N’y songe donc même pas morveux.

D’un geste souple et violent, elle lui envoya son pied dans les côtes. Une fois.

- Quant à ton… « humour »… Nous n’avons pas gardés les vaches ensemble. Donc tu peux le garder coincé au fin fond de ta gorge et t’étouffer avec.

Un deuxième coup fut porté au niveau du torse alors que les doigts de la courtisane se resserraient sur l’éclat de lame qu’elle tenait encore dans le creux de sa paume. Sa main de libre vint se poser sur la gorge de l’adolescent et le plaquer contre le mur. Ses ongles se plantèrent dans la chair tendre avec une violence délicieuse alors qu’elle lui compressait les cordes vocales. Elle allait lui laisser des marques en plus de l’étouffer en partie. Son sourire s’étira encore davantage, malsain, cruel.

- Oh, et si jamais tu crois pouvoir m’échapper si facilement… Fais une croix dessus et inquiète-toi pour la suite.

Elle planta violemment un morceau de dague dans sa paume droite, se fichant pas mal de lui donner un ticket gagnant pour l’infirmerie. D’un geste sec, elle fit tourner le morceau de métal avant de l’arracher sans plus de cérémonie. Du sang tâchait désormais les jupons usés qu’elle portait, mais elle n’en avait cure, se relevant tranquillement et se désintéressant du mioche en morceau. Elle lui tourna le dos, essuya le sang qui gouttait du morceau de lame et se dirigea vers un autre établi, son masque de pierre se détachant doucement à chaque pas. Dans un coin de sa tête, Morgane inscrivit le nom de Marek sur une liste qu’elle haïssait plus que tout. Une lueur traversa ses iris. Jamais ce mioche ne sera envoyé en mission à l’extérieur. Elle y veillerait personnellement.
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Nationalité : Française
Taille : 1m65
Messages : 17
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Réparations et demande [PV Marek] Lun 12 Déc - 23:54

[HRP: Voici ma réponse! C'est logiquement ma dernière :) Tu l'as pas manqué!]

Quand elle avait écrasé ma paume dont le verre que je tenais venait d’éclater, laissant des morceaux dans ma chair, j’avais réussi à garder ma fierté et ravaler un cri de douleur, mais quand elle remonta son talon-aiguille de petite garce vers mes poignets, je ne pus réprimander un petit couinement de colère (comme une souris piégée). Si elle me rendait handicapé des mains (mon principal outil de travail), je m’arrangerais pour qu’elle devienne mancho. L’idée d’une combattante à moignon me fit échapper un petit ricanement. [/i[]

Morgane:
 
-C’est un don… en fait…[/sie]

[i]Malgré ma vivacité, je ne pus éviter le coup dans mes côtes et celui à mon torse; mes yeux se mirent à couler de rage. Je n’allais quand même pas pleurer! Je devais prouver ma force à cette lionne et résister.


Morgane:
 

Quand elle me souleva pour me plaquer au mur, j’entendais des « ploc ploc » sonore : c’étaient mes poignets qui se vidaient. Ma vision était trouble, mais je continuais à gesticuler, à me débattre. Elle n’avait pas le droit. J’étais un serpentaire, oui, qui avait été récalcitrant, mais un serpentaire quand même.

Morgane:
 

Le cri que j’avais gardé au fond de ma gorge sortit de plus bel quand la rousse enfonça et enleva le morceau de métal de sa paume, emmenant encore plus de sang à se déverser au sol. S'en suivit une quinte de toux sanguinolente.

Je roulais de l’œil. Je maugréai, voyant des images de mon passé de rebelle dans les rues :


[size=8]-Je suis… un idiot…

On n’apprenait pas à un singe à faire la grimace. J’avais tellement été traité violemment dans les rues, même si on m’avait « sauvé » je n’avais plus envie d’être vu comme un moins que rien. C’était ça la force de mon caractère. J’allais être reconnu à ma juste valeur. Un jour… si je survivais à celui-ci!

C’est alors que, dans le délire des images de mon passé qui remontaient, je revis celui de Maxwell’s qui m’invitait à le suivre, qui avait fait de moi celui que j’étais. Je ne pouvais pas continuer à cracher sur tous ses collègues. Je devais mettre mon mal en patience… Et puis, j’étias allé un peu trop loin cette fois-ci. Rouvrant mes yeux d’un coup, croisant le regard et le sourire carnassier de la lionne, j’ajoutai, la voix éteinte :


-Si… tu me tues… tu ne pourras prouver… rien. Tu es mieux… de me garder en vie, non ? Sinon… ou sera ton plaisir ?

Je ricanai et crachai encore du sang.

C’est vrai, si elle me tuait ici et maintenant, elle ne pourrait me faire passer par le protocole punitif des serpentaires. Elle ne pourrait prouver son innocence dans ce « meurtre ».

Je refermai les yeux, mon corps se relâcha; je perdis conscience.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 18 ans
Nationalité : Krakovi, Pologne
Messages : 14
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Réparations et demande [PV Marek] Mar 9 Mai - 18:08

[Navrée d'avoir autant tardé à te répondre, je n'imaginais pas prendre autant de retard suite à mon irl oo]

Dire que les hurlements du gamin ne lui avait pas plut serait un pieux mensonge, et affirmer qu'elle y prenait un certain plaisir une vérité mordante. Morgane observa la loque ensanglanté qui se trouvait désormais au sol sans une seule once de pitié dans le regard alors qu'elle se relevait, époussetant distraitement les jupons désormais tâchés de sang de sa robe. Elle en avait fini avec lui, et elle doutait qu'il tente quoi que ce soit après cela. Elle s'était donc détournée de lui sans plus attendre, et s'apprêtait à se diriger vers un autre mécanicien qui, lui, n'irait pas lui chercher des poux.

Mais il fallait croire qu'elle avait sous-estimé l'incroyable manque de jugeote de Marek. La voix nasillarde de ce dernier résonna dans l'air avec difficulté.

-Si… tu me tues… tu ne pourras prouver… rien. Tu es mieux… de me garder en vie, non ? Sinon… ou sera ton plaisir ?

La courtisane leva les yeux au ciel et continua sa marche sans plus attendre. Dieu que ce petit imbécile se prenait pour plus important qu'il n'était. Définitivement, peut-être qu'un séjour dans sa maison close lui ferait le plus grand bien, histoire de dégonfler cet orgueil dont il semblait si fier. Sérieusement, elle allait devoir en toucher deux mots à Maxwell. Elle ne doutait pas que le roux lui laisserait carte blanche pour ramener ce bouffon à la réalité, mais elle préférait avoir son accord afin d'éviter les geignements du mécanicien une fois qu'il aura rouvert les yeux sur sa punition. Un sourire mauvais traversa les lèvres de la parisienne qui remit nonchalamment une mèche de cheveux derrière son oreille alors que deux autres mécanos emportaient l'inconscient à l'infirmerie, non sans râler sur son impulsivité. Ce plan lui semblait particulièrement plaisant...

Tranquillement, elle se plaça devant une autre personne, lui souriant gracieusement avant de lui confier son arme, lui expliquant en peu de mot ce qui s'était passé, le remerciant d'avance pour son service. Au moins, maintenant, elle savait que les réparations se passeraient bien.
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 27 ans
Nationalité : Française
Taille : 1m65
Messages : 17
Revenir en haut Aller en bas
Réparations et demande [PV Marek]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de rang spéciaux
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Preval demande aux USA d'arreter les deportations d'haitiens
» Problèmes liés à la demande d'envoi d'informations du client DOFUS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Lost Chapter :: — Ordre du Serpentaire — :: Quartier Général de l'Ordre du Serpentaire :: Branche Mécanique-