Le One-Shot du moment
Le sujet est "Le rêve". À vos plumes !
Top Sites

Vous pouvez voter toutes les deux heures ! :)

D.Gray-Man: Lost Chapter gray man lost chapter
D.Gray-Man: Lost Chapter D.Gray-Man: Lost Chapter

Partagez | .

Ton masque voit au delà des nôtres, Walker [pv.Allen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Ton masque voit au delà des nôtres, Walker [pv.Allen] Lun 12 Fév - 17:47




Les gravats plantent leurs reliefs douloureux dans les piétinements de mes pieds fourbus. Les fragments de roche s'insinuent en épines minérales dans l'intimité de mes semelles usées que la poussière a affadi. Le désert de caillasses me marque de sa teinte terreuse. Je dis grâce, je digresse dans chaque élan d'efforts. Bientôt ceux-là même ne suffiront à porter cette carcasse. Une douce plainte, un engourdissement de mes sens dont je devrais pourtant me réjouir, que nul cadavre n'a la prétention d'en jouir, perce mes dermes. Je suis la synthèse d'une réincarnation vénéneuse et en paye le tribu à ma sueur, une monnaie dévote dont l'emprunt sert pour cette fois inédite mes intérêts. Ce ne sont point les injonctions du Prince qui légitiment ma présence en ce sol chaotique mais bien le commandement de ma seule volonté. Un arbitre libre que je ne laisserai nul contredire, et en aucune manière cette lourde fatigue qui appesantie mes membres de plus en plus envahis par le froid.

L'air est d'une pureté blessante et infuse sa concentration vivifiante dans mes poumons crachant leur souffle. Cette ascension est la moindre peine que je puisse faire pour « elle ».

Enveloppé comme une vieille femme dans mes hardes, et en arborant la couleur dans mes crins capillaire, je ressers les enveloppes de guenilles pour me prémunir de cette atmosphère gelée. Mes larmes coulent sur mes joues protégées de leur agression immatérielle, le vent pour fautif, pour me dédouaner de cette inquiétude à faire pleuvoir mes yeux.  

Je n'ai qu'à obstruer leur cloison du voile de mes souvenir pour dessiner son visage.

Gina.

Gina et ses petites nattes brouillées. Gina et ses iris transparentes. Gina et sa frimousse d'enfant.

Une de mes camarades akuma ayant disparu en ses terres natives du Pérou, et que je traque présentement dans la cordière des Andes où remontent les traces de son dernier passage. Son ultime contact date de quelques semaines au cours des quelles ni elles ni ses poursuivants n'ont refait surface... Ou plutôt « ses proies », ces traqueurs de la congrégation qui dans un rapport de forces déséquilibrées, la hisse au rang de prédateur. Elle devait les déloger de leur campement, et la réussite de la mission ou son échec étant incertifiés, je m'étais portée candidate a aller faire ce constat dont j'espérai évidemment pouvoir en secourir le principal sujet.  

Appelez cet instinct de protection affection fraternel, mais je sens en elle, dans ce sentiment de transfert la nécessite de ce que j'ai failli de mon vivant, le besoin de protéger cette petite sœur, quand bien même nos liens ne se scellent dans le sang.

Cet échec me consume aujourd'hui jusque dans ce nom que j'ai volé, que j'ai sauvagé jusqu'à en mimer les traits dans un jeu d'acteur pathétique. Un jeu d'imposteur dont je revêts le masque charnel, sous mon âme putréfiée de regrets qui hurle son enfer dont elle ne parvient à déverrouiller la porte, à moins qu'elle ne le vive dans sa seconde existence déchue sur Terre.

Nul ne commémorera mon véritable nom.

Alors, Claudia, m'autorises-tu as sauvé les seules personnes à prononcer encore le tien dans un sourire aux lèvres ?

Pour que tu puisses perpétuer encore, dans ta mort que le monde ignore, accorde moi ce dessein.

Pris dans le torrent de mes réflexions bouillantes, le froid brûlant s'infiltre dans l'entrelacs de mes textiles. Il n'est guère vaillant mais le manque de forces suffit pour que je vacille.

Je chois et écorche mes lippes dans ce décor sans fin, distinguant évasivement des bruits alors que ma conscience lutte dans des arabesques vaporeuses.

« Gina ? »


_________________
I'd rather be dead
Il savait bien pourtant que ce n’était pas une apparition, que les morts ne reviennent point, et que son âme malade, son âme obsédée par une pensée unique, par un souvenir inoubliable, était la seule cause de son supplice, la seule évocatrice de la morte ressuscitée par elle, appelée par elle et dressée aussi par elle devant ses yeux où restait empreinte l’image ineffaçable. - Maupassant.
   
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
Voir le profil de l'utilisateur
Age : Quinze années devant l'éternel
Nationalité : Anciennement allemande
Taille : 158 cm
Messages : 18
Revenir en haut Aller en bas
Ton masque voit au delà des nôtres, Walker [pv.Allen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Regarde au delà de ce que tu vois..."
» Masque Nain !
» Au delà des mots...
» Video : Les derniers maîtres de la Martinique
» Masque d'Oni-Link

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Lost Chapter :: — Le Monde — :: Amérique :: Amérique du Sud-