Le One-Shot du printemps
Le sujet des deux mois sera "L'Abandon". À vos plumes !
Top Sites

Vous pouvez voter toutes les deux heures ! :)

D.Gray-Man: Lost Chapter gray man lost chapter
D.Gray-Man: Lost Chapter D.Gray-Man: Lost Chapter

Partagez | .

Aon Dallien ▲ ▼ Chante, le crépuscule tombe, et la guerre, dans l'ombre, gronde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageSujet: Aon Dallien ▲ ▼ Chante, le crépuscule tombe, et la guerre, dans l'ombre, gronde Ven 21 Aoû - 1:54

Aon Dallien« Chante, que le rideau tombe »
Sexe : masculin
Âge : 21 ans
Date de naissance : 13 décembre
Lieu de naissance : Bretagne, France
Orientation sexuelle : homosexuel
Alignement : loyal neutre
Groupe : Exorciste
Pouvoir : Nenia Caeli
ft. Evarist de Unlight (Game)


P h y s i q u e
Une main posa le dossier médical sur le bureau de l’infirmerie, ainsi que le stylo noir qui roula quelques secondes sur la surface plane du bois avant de s’arrêter. La première page laisse voir une photo de l’aveugle assoupi entre les draps de lit de l’infirmerie. Les bandes enserrant ses tempes et masquant ses yeux ont été changés durant son inconscience, ses cheveux noirs coupés courts et légèrement rebelles entourant son visage pâle et tuméfié au niveau de la joue droite et du cou.

En dessous du petit carré en noir et blanc se trouvent diverses informations, dont la taille, assez moyenne, ne dépassant pas les 1m75, le poids, très léger, trop sans doute, frôlant les 52 kilos, le laissant avec une silhouette fine voire maigre, silhouette dont la peau, très pâle laisse ressortir un côté maladif et fragile plus ou moins trompeur, les infirmiers ayant constaté la force et l’agilité du breton lors de sa crise de nerfs peu de temps auparavant.

L’examen de ses yeux a permis de constater l’absence de pupille et la présence d’iris d’un blanc éclatant, presque irréel, qui semblait pulser faiblement au rythme du palpitant du jeune homme, comme si une puissance semblait les habiter. L’hypothèse la plus probable était celle disant que l’innocence lui aurait coûté la vue lors d’une activation excessive, hypothèse confirmée par l’une des techniques de l’exorciste.

Les notes continuent, listant d’autres points, comme les cicatrices présentes un peu partout sur son corps et les nombreux bleus qui parsèment son épiderme, l’obligeant à les cacher sous des bandages visibles au niveau du torse et de ses bras. Une en particulier attire l’attention et semble traverser le dos du breton en diagonale, marquant une ligne tranchante sur l’épiderme pâle du breton, s’arrêtant au niveau de la hanche gauche, juste à côté d’une tâche de naissance en forme de vague.

Une dernière ligne clos la première partie du dossier en relevant les fréquentes migraines du breton, migraines que les docteurs et infirmières n'arrivent pas à endiguer et à calmer, d'autant qu'elles semblent n'avoir aucune logique d'apparition.


C a r a c t è r e
Sur la page suivante, des notes, écrites d’une manière lisible et penchées, essayaient tant bien que mal de rendre compte de la psyché du patient allongé entre les draps et arrivé il y a peu à la Congrégation grâce à la volonté d’un de leurs traqueurs, complétant les notes de ce dernier.

La méfiance de l’exorciste, ils y avaient été confrontés dès le début, ce dernier refusant de prime abord de coopérer, préférant se taire lorsqu’on lui posait des questions. Il se tendait au moindre mouvement, semblait vouloir s’enfuir à la première parole prononcée trop fortement. S’il restait, c’était, selon eux, parce qu’il savait qu’il n’avait pas le choix, qu’il ne pouvait plus aller nulle part. Le traqueur leur avait apporté des éléments de réponse sur ce comportement méfiant et taciturne, mais cela n’expliquait pas tout.

Et ils avaient été rapidement mis en face d’une autre composante de sa psyché, une composante indésirable et destructrice, une composante qui leur avait fait comprendre qu’ils risquaient de le voir souvent à l’infirmerie.
Sa folie.
Ils avaient compris assez vite qu’il ne supportait pas les contacts trop prononcés ou ceux auxquels il ne s’attendait pas, ce qui leur avait déjà posé des soucis pour l’ausculter. Mais ils n’imaginaient pas qu’approcher de ses yeux le ferait partir dans une crise de panique aussi violente que soudaine, les obligeant à lui injecter un calmant et à le maintenir le temps que la drogue opère, leur permettant de l’étendre sur un lit. S’étant regardés, ils en étaient arrivés à la même conclusion, et elle n’annonçait rien de bon pour lui. Être un exorciste était déjà éprouvant, mais cela l’était encore plus lorsque l’esprit était fragilisé et instable. Ils se doutaient qu’ils n’avaient eus qu’un vague exemple de ce qui pouvait advenir. Et ils n’avaient fait qu’un faux mouvement, dans un environnement qui était, de leur point de vue, « sécurisant ». Ils n’osaient imaginés ce qui pourrait se produire dans d’autres circonstances.

D’autres notes furent ajoutées plus tard, soulignant son calme détaché lors des discussions qu’il acceptait d’avoir, son attachement sincère à la chouette effraie qui le suivait partout et qui semblait être la seule à pouvoir prévenir ses crises de panique ou de violence, l’aidant à se calmer et à s’apaiser, son sens de la parole donnée ainsi que des connaissances assez importantes dans le domaine médical et l’utilisation des plantes, ce qui en avait étonné plus d’un. Des signes sembleraient montrer qu’il ne croit pas en un dieu tout puissant et qu’il est plus proche des anciennes religions, notamment celtiques, que du christianisme auquel est lié l’Ordre Noir. Il n’aborde cependant jamais le sujet, restant profondément mutique quant à son passé et à la raison de son handicap, repoussant toute personne qui essaierait d’en savoir plus malgré son refus évident de s’épancher dessus. Seules quelques personnes ont la confiance du breton, dont la maréchale Akane Ushiromiya et l’exorciste Scott Nihil, confiance qui semble s’accompagner d’une loyauté sans faille envers eux. Une dernière note ferme alors le dossier, indiquant des insomnies qui semble surgir fréquemment.

(c) Reever Wenhamm pour DGM: Lost Chapter




H i s t o i r e
Les coups tombaient, encore et encore, percussions morbides et malsaines, sur le corps de l’aveugle recroquevillé à terre, au centre de l’attroupement formé sur la place du village où il habitait depuis quelques années. Autour de lui, les sourires déformés de ses assaillants semblaient craqueler leur visage pour laisser voir la bestialité et la violence cachée au sein de leur être. Un cri de douleur, puis deux, puis trois, sortirent des lèvres craquelées du brun étendu dans la poussière et la crasse des pavés. Il avait l’impression de suffoquer, d’être prisonnier d’une cage horrible et mouvante. Il voulait s’enfuir, loin, très loin, échapper à ces bourreaux… Mais la triste réalité était là, empoisonnée, lui coupant le souffle sous un nouveau coup de pied envoyé au niveau de ses côtes, le clouant au sol, arrachant les ailes atrophiées de son espérance. Il ne pouvait pas partir. Jusqu’à ce qu’un miracle arrive, il était condamné à rester ici, à souffrir tous les jours, sorte de châtiment éternel qui lui avait été accolé pour il ne sait quelle faute.

Car après tout, pourquoi vivait-il tout ça ? N’avait-il pas assez souffert durant toute sa vie ? Où était ce fichu Dieu soi-disant aimant et bon lorsqu’un de ses enfants souffrait sans raison ? Certains lui avaient dit qu’il payait ses péchés d’une vie antérieure, réveillant sa rage et sa colère. Quelle vie ? Est-ce que cela méritait vraiment qu’il perde tout ce qu’il avait perdu ? Non, bien sûr que non ! Il avait tant perdu qu’il était même étonnant qu’il tienne encore debout, contre vents et marées, tentant de résister aux ombres qui cisaillaient son âmes en de sombres entrelacs mortifères. Le pire n’était même pas les autres, mais lui. Il se haïssait, à un point tel que déjà de nombreuses cicatrices entaillaient ses avant-bras, éclats brisés de porcelaine laissant derrière eux autant de marques rosées sur sa peau pâle.

Il se haïssait pour tellement de choses… Pour ne pas avoir su protéger ses parents, ceux qui lui avait donné la vie, ceux qui l’aimaient, profondément, veillant sur lui et sa vue déjà fragile. Pour avoir été le seul survivant de l’attaque ayant dévastée leur village, pour avoir été le seul à avoir été choisi par l’innocence, ce pouvoir qui pulsait dans ses cordes vocales comme un deuxième petit cœur. Pour être faible, si faible qu’il s’était laissé emporter la vue par le cristal incrusté dans sa gorge et pour ne pas avoir pu sauver sa marraine. Elle croyait en lui pourtant… Oui, elle croyait en lui et il avait trahi cette confiance, gardant dans son dos cette promesse rompue, dernier vestige de son combat, inégal, avec un akuma. Il ne s’en était tiré que d’extrême justesse, et aurait dû mourir. Mais encore une fois, il avait survécu. Grâce à l’innocence et à la chance, celle qui fit passer un vieux rebouteux dans ce coin isolé de la forêt, guidé par Ahès, sa chouette effraie…

Il haïssait l’Innocence aussi. Pourquoi diable l’avait-elle choisie ? Pourquoi l’avait-elle privé de sa vue ? Il la haïssait de cette haine viscérale, illogique, souhaitant l’arracher de son corps, mais ne pouvant le faire. Combien de fois avait-il pensé à se trancher la gorge pour échapper à son emprise ? Bien assez souvent, trop souvent sans doute…

De nouveaux coups frappèrent sa chair, le faisant hurler de douleur. Il n’en pouvait plus. Que cela cesse. Stop. Stop. Stop. Stop. Stop. STOP. STOP !

Il sentit quelque chose se rompre en lui, laissant déferler en ces veines un poison sans nom, magma immonde de sentiments désespérés, de plaies laissées à vif, de haines si grandes qu’elles dévorèrent ses dernières parcelles de raison. Ses doigts agrippèrent le manche du couteau planqué dans une de ses manches… Avant de le planter dans la jambe qui lui donna un nouveau coup.

Le hurlement de son agresseur figea tous les autres. Le cauchemar s’était stoppé en plein acte, laissant les participants hébétés. Jamais l’aveugle n’avait osé leur tenir tête. Jamais il ne s’était relevé, du sang coulant le long de ses doigts, avant de fondre sur eux dans un hurlement qui n’avait plus rien d’humain. Tout son corps semblait ne plus être qu’une marionnette contrôlée par la rage, la lame tournoyant dans les airs, reflétant avec étrangeté la lumière malsaine du soleil soulignant les gouttes rouges qui tombaient à terre.

Les bourreaux s’enfuirent alors, volée de moineaux ensanglantés, partant dans les ruelles sales du village, laissant le brun seul, hurlant à s’en déchirer les cordes vocales dans le silence effrayé de la place avant de sentir ses forces l’abandonner, chutant au sol dans un craquement sinistre, ignorant la silhouette toute vêtue de beige qui s’avançait rapidement vers lui.

                                                ¤~¤~¤

Des chuchotements réveillèrent Aon de son inconscience noire et glacée, réveillant ses nerfs et son corps en miette, laissant les signaux de douleur assaillir ses membres, le raidissant sur la paillasse de paille fraîche sur laquelle il était allongé, un simple drap le séparant des herbes sèches. Un faible cri s’échappa de ses lèvres avant qu’il ne serre les dents, sentant les deux autres personnes présentes dans la pièce se tourner vers lui.

Ce fut la main rude et sèche de son grand père adoptif qui se posa doucement sur son front, écartant des mèches noires et sales, lui transmettant un calme bienvenu afin de le détendre et de l’aider à combattre la douleur, lui grommelant des paroles rassurantes en breton. Le brun se calma doucement, la douleur refluant doucement, le laissant quelque peu en paix. Un long silence s’installa dans la petite pièce, silence uniquement troublé par la respiration des trois personnes présentes entre les murs.

- Aon, mabig…

L’intéressé tourna légèrement la tête. Il connaissait cette intonation. C’était celle que son Tad Koz utilisait quand il parlait sérieusement, et qu’une affaire était grave. Il avait pris une décision, et nul doute qu’elle te concernait. Ce qui c’était passé dans le village pouvait recommencer de nouveau à tout moment, et tu ne pouvais plus le supporter, tout comme les coups allaient se faire bien plus mortel. Après tout, tu avais osé frapper un membre de la communauté. Le vieil homme continua, calmement, laissant l’angoisse transparaître dans les très légers tremblements de sa voix.

- Tu ne peux plus rester avec moi… Tout le village te recherche pour te lyncher sur pied, malgré mes protestations et celle du curé… Cet homme avec moi a proposé de t’emmener loin d’ici, dans un lieu où tu seras plus en sécurité et où ta voix pourra servir pleinement…

L’aveugle resta silencieux. Il ne pouvait pas rester… Cette simple idée lui déchirait le cœur. Il ne voulait pas se retrouver loin de son grand père adoptif, mais il savait bien que ce n’était guère le moment de faire des caprices somme toute logiques. On l’arrachait de la seule personne qui se souciait de lui, afin de l’emmener dans un lieu où il sera un soldat. Il savait depuis longtemps que ce jour finirait par arriver, mais il ne l’imaginait pas venir si soudainement… Il hocha faiblement la tête. Il était temps pour lui de partir…

Ce fut fait quelques jours plus tard, lorsque son corps repris assez de force pour partir avec le traqueur qui avait entreprit de faire connaissance avec le compatible. Yann, c’était son nom, était également de la région, bien qu’habitant un peu plus au Nord, ce qui expliquait son accent… Il expliqua de son mieux à l’aveugle ce qui l’attendait, essayant d’être le plus diplomate possible et de se lier avec le brun. Il ne réussit jamais totalement cette dernière tâche, et l’emmena alors en Angleterre, au QG de l’Ordre Noir où Aon fut accueilli en tant qu’exorciste…

Maintenant, il restait plus qu’à voir si le poids de la croix de rosaire n’allait pas finir par l’étouffer…

(c) Reever Wenhamm pour DGM: Lost Chapter

Pseudonyme(s) : Ysael
Prénom : Nolwenn
Âge : 23 ans
Un commentaire ? Je fais partie des trois fondateurs ayant créé ce forum, mais ne vous inquiétez pas, je ne mords pas. Comme tout le monde ici, je suis prête à vous écouter et à vous aider, y compris en passant au crible votre fiche de présentation~
Code du règlement : Validé par moi-même~
avatar
Exorciste de type symbiotique
Exorciste de type symbiotique
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 21 ans
Nationalité : Français
Taille : 1m75
Messages : 108
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aon Dallien ▲ ▼ Chante, le crépuscule tombe, et la guerre, dans l'ombre, gronde Ven 21 Aoû - 2:06

Fiche technique d'Aon DallienNenia Caeli
Aon est un compatible de type symbiotique dont l'innocence s'est infiltrée dans les cordes vocales, puisant dans la voix d'Aon pour laisser libre court à sa puissance. Comme nombre de ses consoeurs, l'innocence du jeune aveugle est dotée de plusieurs niveaux d'activation. Il ignore cependant quel est son véritable taux de résonance.


A t t a q u e s
Premier niveau
Le premier niveau d'activation est discret, pour ne pas dire presque totalement invisible d'un point de vue externe, se contentant de faire faiblement luire le tatouage présent sur la gorge de son compatible.

Whispers
Cette technique se sert d'un chant assez simple, comme une comptine, pour tuer les akumas de faible niveau en y ajoutant des ondes sonores inaudible pour l'oreille humaine mais fatales pour les machines du Comte. Cependant, cette technique nécessite d'être assez proche d'eux afin que la mélodie puisse les atteindre, mettant ainsi son porteur dans des situations souvent délicates.

Lullaby
La mélodie change, se transformant en berceuse qui accroît sa puissance. Elle influe directement sur la perception de ses ennemis, les plongeant dans un état d'engourdissement qui, si la mélodie continue, les pousse dans un sommeil mortel.

Deuxième niveau d'activation
Cette fois-ci, le pouvoir de l'innocence se manifeste clairement aux yeux de tous, par le biais des désirs de son porteur.

Lacrimosa
Cette technique peut faire apparaître des objets voire des créatures sorties de son imagination dans un périmètre restreint et les faire combattre à sa place. Si ce pouvoir est très puissant, il demande cependant une énorme concentration à l'aveugle et cesse d'agir si le chant est interrompu ne serait-ce que d'une seconde.

Troisième niveau d'activation
Niveau d'activation qu'Aon n'utilise que dans les situations vraiment critiques.

Requiem
Son chant lui permet de l'enfermer lui et ses ennemis dans une sorte d'univers virtuel modelé par sa voix, univers où il lui est possible de retrouver la vue durant quelques minutes. Tout comme au niveau trois, il lui est possible de faire apparaître des objets et des créatures afin de le seconder. Cependant, ce niveau d'activation nécessite énormément d'énergie de sa part, n'hésitant pas à s'attaquer à son énergie vitale si l'activation dure trop longtemps, lui causant de graves dommages.


C o n t r a i n t e s
L'innocence d'Aon n'est pas réellement une arme de distance, bien au contraire, puisque c'est sa voix qui porte le pouvoir de l'innocence. Aon est donc constamment obligé de se mettre en danger. Qui plus est, il ne doit jamais cesser de chanter.

Premier niveau

Whispers
Ne touche que les Akumas de niveau un et deux, n'a aucun impact sur les niveaux trois et quatre

Lullaby
Affecte énormément les Akumas de niveau un et deux, plus faiblement ceux de niveau trois, n'a aucun effet sur les niveau quatre

Deuxième niveau d'activation

Lacrimosa
Affecte tous les Akumas quelque soit leur niveau ainsi que les Noés, mais demande énormément de concentration à Aon, qui ne peut plus bouger.

Troisième niveau d'activation

Requiem
Affecte Akumas et Noés sans aucune distinction, mais puise dans l'énergie vitale du garçon. Ne peut maintenir l'activation au delà de vingt minutes, lui fait subir des dommages graves voire mortels.

(c) Reever Wenhamm pour DGM: Lost Chapter
avatar
Exorciste de type symbiotique
Exorciste de type symbiotique
Voir le profil de l'utilisateur
Age : 21 ans
Nationalité : Français
Taille : 1m75
Messages : 108
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Aon Dallien ▲ ▼ Chante, le crépuscule tombe, et la guerre, dans l'ombre, gronde Ven 21 Aoû - 2:13

Tu es validée (C'est évident, non?)

Maintenant que tu es validé, je t'invite à aller recenser ton avatar dans ce sujet. Si tu souhaites l'ouverture d'un journal intime, tu peux venir le demander ici afin d'ouvrir tes fiches de liens ainsi que la chronologie et tout ce qui peut t'aider à faire en sorte que l'évolution de ton personnage se déroule du mieux possible. Et si tu souhaites un rp, tu peux venir faire une demande dans ce sujet pour avoir la réponse d'un autre membre, ou demander à administrateur pour avoir un rp spécial concocté par les membres du staff.

Nan je plaisante, ça tu le sais déjà chère collègue.


_________________
avatar

Dossier personnel
Ce que j'aime :
Ce que je déteste :
MikaëlLooks like you're in trouble
Mikaël
Looks like you're in trouble
Voir le profil de l'utilisateur
Age : Entre vingt et trente ans
Nationalité : Americaine
Taille : 187
Messages : 163
Revenir en haut Aller en bas
Aon Dallien ▲ ▼ Chante, le crépuscule tombe, et la guerre, dans l'ombre, gronde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 06. Rolling in the deep.
» Mighty Sparrow fè yon bèl chante: Barack the magnificent
» Un oiseau qui chante....
» Georges Chelon chante Beaudelaire
» Retro:Mouche Gassan sa kok chante anlè sou bwa se pa menm lè li nan baskou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.Gray-Man Lost Chapter :: — Gestion des Personnages — :: Présentations :: Fiches validées-